Sénégal : Abdoulaye WADE, une page se tourne

Publié le par La Rédaction

Urne

Le plus vieux président d’Afrique -Moustapha Niasse qui le connaît bien lui donne 90 ans- doit se demander pourquoi il a été aussi têtu qu’un âne bâté.


Une candidature de trop, Wade avait pourtant toute la latitude d’inscrire son nom pour la postérité et de laisser de lui une image de sage comme Mandela. Mais l’ancien opposant à Senghor, converti en tout puissant président, a préféré opter pour un baroud d’honneur qui risque de lui être fatal si jamais il passait à côté de la plaque.

Conséquence de son ballottage au premier tour d’une présidentielle dont il ne devait nullement prendre part – la Constitution sénégalaise limite le mandat présidentiel à deux- le président sénégalais sortant est en train de voir le Sénégal sous un autre jour :  celui de son rejet par la majorité des Sénégalais politiquement actifs. Tout sauf Wade, c’est dans l’air du temps depuis l’annonce des résultats donnant Macky Sall deuxième avec plus de 26 %.

Depuis donc la publication des résultats, tout le monde tourne le dos à Wade. Le chanteur Youssou Ndour, qui pendant longtemps a été l’ami de la famille Wade, a été le premier a sonné la charge contre Gorgui -le vieux en Ouolof- qui, selon le célèbre musicien sénégalais, a ruiné le Sénégal par un affairisme débordant. Ainsi Youssou a choisi de soutenir Macky au second tour en utilisant ses propres moyens. Mais, plus encore, les trois autres candidats, arrivés troisièmes, quatrième et cinquième et qui engrangent 32%, ont tour à tour fait allégeance à Macky Sall qu’ils entendent porter à la tête de l’état sénégalais. Niasse, Tanor et Seck  vont constituer un front avec Sall pour battre  ensemble campagne pour le second tour.

Vomi par l’ensemble de ses alliés qui l’avaient porté au pouvoir en 2000, Wade l’est encore plus de la société civile. Le M 23, qui rassemble de nombreuses associations de la société civile a, sans équivoque, décidé de voter Sall. Plus encore, les très actifs rappeurs du mouvement ‘’Y’en à Marre’’, qui cristallisent le mécontentement d’une importante frange de la jeunesse sénégalaise contre le pouvoir ‘’Sopi’’, a, dès le soir du 26 février, pris les avant-poste de la coalition ‘’Tout sauf Wade’’ qui chaque jour grossi comme un effet boule de neige. Qui soutient encore Wade ?

A Dakar comme dans d’autres grands centres du pays comme Saint-Louis et thiès, ‘’Tout sauf Wade’’ fait rage. Dans les grand-place aussi bien que les salons feutrés, on ne jure plus que par la fin du pouvoir de Wade. ‘’Wade doit partir’’, ‘’Nous voterons tout sauf Wade’’, ‘’Assez de Wade’’… Ces refrains sont repris en chœur. En tout cas, à juger de l’engouement qui secoue le Sénégal contre Wade, on peut, sans risque de se méprendre, soutenir que les carottes semblent être cuites pour le chauve le plus populaire d’Afrique. Et donc, sauf rebondissement de dernière minute, les Sénégalais semblent, plus que jamais, déterminés à changer de cap. Exit Wade ? Tout permet de le croire… Et même si par extraordinaire le président sortant parvenais à sortir victorieux de l’épreuve périlleuse – un quasi saut d’obsacles -du deuxième tour, l’histoire retiendra qu’il a forcé sur la dose du pouvoir prescrite par la Constitution. Plus rien, donc, ne serra comme avant !


Jean Roger Mboyo Ey’ekula

Journaliste

 



Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article