L'Occident doit "nettoyer le désordre" qu'il a mis en Libye

Publié le par La Rédaction

 http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ0yEZFr7yy-4ZZT3y-59idRDnj5OlDZSoCVVdVOqtEg7F27qBvngMembre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU avec droit de veto, la Chine s'était abstenue lors du vote en mars ouvrant la voie à des frappes aériennes contre la Libye.
Il est de la responsabilité de l'Occident de "nettoyer le désordre qu'il a mis" en Libye, où la rébellion a proclamé révolue l'ère de Mouammar Kadhafi après sa prise de contrôle de la majeure partie de Tripoli, a estimé mardi la presse d'Etat chinoise.

"Renverser le régime de Kadhafi représente un spectacle pour les médias, discuter de la reconstruction ne l'est pas", a souligné dans un éditorial le quotidien Global Times. "L'Occident doit assumer sa responsabilité et nettoyer le désordre qu'il a mis en Libye", a poursuivi le journal, sans citer de pays en particulier.

Le quotidien China Daily a, quant à lui, répété en écho les appels du gouvernement chinois à un retour à la "stabilité" en Libye, en insistant sur la nécessité de "restaurer la paix aussi vite que possible".

La Chine a déclaré lundi "respecter le choix du peuple libyen" alors que les rebelles ont pris le contrôle de la majorité des quartiers de Tripoli. "La Chine respecte le choix du peuple libyen et espère un retour rapide de la stabilité en Libye", a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères.

"La Chine est prête à oeuvrer avec la communauté internationale et jouer un rôle positif dans la reconstruction future de la Libye", a ajouté le ministère. Pékin a ces derniers mois intensifié ses contacts avec des responsables du Conseil national de transition (CNT, organe politique de la rébellion), qu'elle avait reconnu en juin comme "interlocuteur important".

La Chine a de gros intérêts économiques en Libye, d'où elle avait évacué en février et en mars, lors d'une opération de grande envergure, quelque 36.000 de ses ressortissants employés dans les hydrocarbures, la construction, les chemins de fer ou les télécoms.

Membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU avec droit de veto, la Chine s'était abstenue lors du vote en mars ouvrant la voie à des frappes aériennes contre la Libye

 

La Libre (Belgique)

Publié dans Afrique

Commenter cet article