MADAGASCAR: Les dessous de la mutinerie des gendrames

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Au moins deux personnes ont été tuées et sept autres blessées jeudi matin à Antananarivo, capitale de Madagascar, lors d'une échauffourée entre la Force d' Intervention de la Gendarmerie Nationale (FIGN) et la Force d' Intervention Spéciale (FIS).

L'affrontement a eu lieu au camp de la FIGN, au lendemain de l'annonce par le colonel Raymond Andrianjafy de la FIGN et de ses éléments d'orgnaiser jeudi un rassemblement. Dans un communiqué rendu public mercredi, le colonel Andrianjafy a appelé les Malgaches "conscients que le pays est au plus mal'' à participer à cette manifestation et à "chercher ensemble des solutions pour sortir de la crise".

"Il y a trop d'injustice au pays à l'heure actuelle", dit le communiqué.

Jeudi matin, vers 10H00 heure locale (07H00 GMT), le général Zafera, accompagné de quelques gendarmes, a tenté d'entrer dans le camp de la FIGN pour emmener le colonel Andrianjafy, qu'il accuse de faire un coup d'Etat militaire.

Un échange de tirs a alors éclaté entre les hommes du colonel Andrianjafy et les éléments de l'Etat-mMajor Mixte Opérationnel de la Région d'Analamanga (EMMO/REG) et de la Force d'Intervention Spéciale (FIS) venus sur place pour supporter le général Zafera.

Au moment où cet incident intervenait, un culte oecuménique était organisé dans le camp de la FIGN avec la participation de partisans des mouvances des anciens présidents Ravalomanana, Zafy et Ratsiraka.

Dans son communiqué de mercredi, le colonel Andrianjafy avait promis de "protéger de toutes nos forces" ceux qui rejoingent les éléments de la FIGN dans la manifestation. Des barrages avaient été érigés mercerdi soir par les gendarmes dans certaines rues qui mènent à leur camp.

Pour le général Zafera, ''c'est plus qu'une mutinerie ce que ces gendarmes ont fait (...) C'est carrément un coup d'Etat''.

Jeudi après-midi, une négociation a été ouverte entre le chef d'état-major général de l'armée, André Ndriarijaona, le Premier ministre de transition, Camille Vital, et le colonel Andrianjafy afin de résoudre ce conflit.

La situation semble toujours tendue puisque l'on a entendu des coups de lance-roquette et que des soldats ont pris position près du camp de la FIGN.

Il est à noter que l'affrontement intervient au moment où les hommes du colonel Andrianjafy réclament au commandant de la FIGN, le général Zafera, des éléments d'éclaircissements sur le résultat d'une enquête sur le détournement de 500 millions d'Ariary ( environ 250.000 dollars) que le président Ravalomanana aurait donnés à la Gendarmerie nationale avant qu'il ait été détrôné.

Madagascar est plongée dans une crise politique depuis fin 2008, qui a conduit à l'éviction en mars 2009 du président Marc Ravalomanana et à l'arrivée au pouvoir d'Andry Rajoelina, ancien maire d'Antananarivo, soutenu par l'armée.

XinhuaNews

Publié dans Afrique

Commenter cet article