Société : Un plan d’action national contre la pratique des mariages précoces

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Trafic d'enfantsLa pratique des mariages précoces est monnaie courante dans la société malienne notamment chez certaines ethnies. Pourtant certains de ces mariages ne sont pas sans dangers. Ils engendrent de nombreuses conséquences néfastes, dont la maladie de la Fistule chez certaines filles, obligées de donner la vie à un certain âge. Pour lutter contre ces pratiques et ses conséquences fâcheuses, les autorités du Mali ont entamé des actions concrètes. Une politique et un plan d’action national pour l’abandon de ladite pratique viennent d’être élaborés et soumis à la validation.

En effet, c’est pour valider le document de la politique nationale et du plan d’action de lutte contre la pratique que le ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la femme à travers la direction nationale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille a organisé un atelier. Cette session de validation qui se déroule au Centre Aoua Keïta doit durer deux jours. L’ouverture a eu le lieu le mercredi 5 mai 2010 sous la présidence de Ousmane Bocas Touré, Conseiller Technique en charge des questions de l’enfant et de la famille au Ministère de la promotion de la femme.

A l’ouverture des travaux, la représentante du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a, dans son mot introductif, exprimé toute sa satisfaction pour la proposition de ce document à la validation. Le processus a-t-elle rappelé a commencé depuis 2007.  

Abondant dans le même sens, Ousmane Bocas Touré a précisé que c’est au cours du dernier trimestre de l’année 2007, que cette coopération autour du mariage précoce a été entamée. Des concertations préliminaires, ajoutera-t-il, ont été organisées dans toutes les régions et le district de Bamako. Ce qui a permis aux acteurs de tous les bords de poser le diagnostic en matière de connaissances, d’attitudes et de pratiques sur le mariage précoce.

Aussi, dira-t-il, cette première phase a été l’occasion pour chaque entité, de mettre en lumière, les causes, les manifestations, les conséquences et de faire des propositions de solutions en vue d’atteindre le mal à partir de ses racines et les plus profondes.

Selon Ousmane Bocas Touré, l’analyse exhaustive de ces informations a conduit l’ensemble des intervenants, en septembre 2008 à Bamako, à tenir les assises nationales en vue d’une synthèse à un plus haut niveau des informations recueillies à la base.

Cet atelier de synthèse nationale a tracé de nombreux axes d’intervention susceptibles de lutter contre cette pratique préjudiciable au bien être de la petite fille. Au nombre de ces axes stratégiques, M. Touré citera : la traduction dans les langues nationales, des textes relatifs aux droits de l’enfant ; l’information et la sensibilisation au niveau des communautés, des centres de santé, des leaders d’associations féminines et autres structures de lutte pour la promotion de l’enfant et de la famille.

Ce n’est pas tout. Il a aussi cité, l’implication des leaders et autres intervenants ; le développement des espaces de participation et de responsabilisation des enfants ; sans oublier le développement du partenariat avec les radios de proximité et les associations féminines.

Par ailleurs, M. Touré a signalé que la rencontre de Bamako a aussi permis de formuler des recommandations pertinentes. Parmi celles-ci, on peut citer la promotion de la scolarisation des filles, l’introduction de l’enseignement des thèmes du mariage précoce dans les curricula.

Aussi, le maintien à l’école de tous les enfants et en particulier les filles jusqu’à la fin du cycle fondamental…

Il précisera aussi que les réflexions profondes menées sur le sujet ont conduit les acteurs à s’orienter vers l’élaboration d’une politique nationale et d’un plan d’action de lutte contre la pratique du mariage précoce en 2009.   

Ainsi, le dernier round de tout ce processus, est l’atelier de validation qui se déroule au centre Aoua Keïta.

Il faut noter que le document de politique et le plan d’action national qui viennent d’être soumis à la validation est un document de 19 pages. Il retrace la problématique du mariage précoce, l’ampleur du phénomène, ses causes et les conséquences. En plus, il retrace les orientations à mettre en œuvre en matière de lutte contre la pratique du mariage précoce pour la période 2010-2014.

Alou Daou/Le Quotidien de Bamako

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article