Sénégal: Abdoulaye Wade se fâche contre l'ambassadrice des États-unis

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Le président Abdoulaye Wade, ulcéré par des propos de l'ambassadrice des Etats-Unis sur la corruption au Sénégal, a tancé vertement cette diplomate, en assurant que son pays ne se laisserait plus "injurier", selon un enregistrement diffusé samedi par une télévision.

"Je ne comprends pas pourquoi vous êtes le seul pays, à longueur de journée, à nous traiter de corrompus!", a lancé le président sénégalais à l'ambassadrice des Etats-Unis au Sénégal, Marcia S. Bernicat, qu'il recevait vendredi en audience, selon cet enregistrement de la télévision privée Walfadjiri.

"D'autres pays, l'Union européenne, la France, l'Arabie saoudite, la Chine, nous donnent des milliards - plus que le demi-milliard (de dollars, ndlr) que vous nous donnez - mais on ne les entend pas! Vous, tous les jours, alors que ça (le programme Millenium challenge corporation, MCC) n'a même pas commencé encore, (vous affirmez que) nous sommes déjà des corrompus", a-t-il poursuivi.

A propos de ce programme d'aide de 540 millions de dollars, le président sénégalais a même dit: "reprenez-le et amenez-le dans des pays où on peut accepter d'être injurié, mais pas ici au Sénégal!".

"Je ne dis pas qu'il n'y a pas de corruption, il y a de la corruption partout (...) Il y a un escroc chez vous qui a détourné autant que tous les budgets de l'Afrique réunis. On sait ce qui se passe aux Etats-Unis, Madame, alors arrêtez ces accusations publiques!", a déclaré M. Wade, au pouvoir depuis 2000.

Le président réagissait à la publication, vendredi, d'un communiqué intitulé "Sénégal et corruption", signée par la diplomate américaine.

"Le peuple américain insiste sur le fait que les dollars qu'il met au profit du développement doivent améliorer de façon significative la vie des Sénégalais", avait-elle écrit, en présentant la corruption comme un obstacle au développement.

"Pour bénéficier du fonds (MCC) et, plus important encore, pour conserver le fonds alloué, les pays doivent montrer des résultats positifs de leur politique et s'engager dans la lutte contre la corruption", avait-elle poursuivi.

Des journaux sénégalais avaient titré en Une: "l'ambassadrice des USA met l'Etat sous pression" ou "les Etats-Unis rappellent le Sénégal à l'ordre".

Mme Bernicat a répondu samedi à M. Wade que s'il avait vu des "accusations" dans ses propos, elle s'en excusait.

L'ambassadrice a également assuré qu'elle avait "changé cette lettre" - laissant entendre que le texte initial, envoyé "des Etats-Unis", était plus dur - parce qu'elle voulait faire valoir les "efforts" du Sénégal dans la lutte contre la corruption.

Cette controverse intervient alors que la section sénégalaise de Transparency International a demandé à l'Etat du Sénégal de lancer une enquête sur des "millions de dollars qui auraient été payés comme commissions" au moment de l'attribution d'une licence de téléphonie au groupe soudanais Sudatel en 2007. L'hebdomadaire sénégalais La gazette avait affirmé que des "experts américains", des "lobbyistes arabes" et des "Sénégalais très haut placés dans les structures de l'Etat" s'étaient "partagés 40 millions de dollars dans le cadre de la vente de la licence Sudatel".

L'an dernier, le Sénégal avait notamment été marqué par l'affaire des 133.000 euros offerts par la présidence à un agent du Fonds monétaire international (FMI) à Dakar, en guise de "cadeau d'adieu".

AFP

Commenter cet article