Salikou Sanogo s’explique à propos de la suppression du CEP

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Salikou Sanogo"Cette réforme permettra au Mali de se rapprocher du système d’évaluation en cours dans les autres pays de l’UEMOA"

A partir de cette année 2010, le Certificat d’Études Primaires (CEP) sera supprimé. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres du mercredi 7 avril. De son côté, le ministre de l’Education, de l’alphabétisation et des langues nationales, le Professeur Salikou Sanogo, était vendredi 9 avril face aux hommes de média à la Maison de la presse pour expliquer les contours de cette décision majeure.

Au présidium de cette conférence de presse, le ministre de l’Education, de l’alphabétisation et des langues nationales, le Professeur Salikou Sanogo, était entouré de ses Conseillers et du président de la Maison de la presse, Makan Koné.

Faisant l’historique de l’actuel système, le ministre Sanogo a rappelé que l’enseignement fondamental est organisé par un décret de 1970 qui prévoit deux cycles.

Le premier cycle, d’une durée de 6 ans est sanctionné par le certificat de fin d’études du premier cycle de l’enseignement fondamental communément appelé " CEP " et le deuxième cycle, d’une durée de 3 ans, est sanctionné par le Diplôme d’études fondamentales (DEF).

Pour le ministre, avec le temps, il s’est avéré que la différence entre le pourcentage des élèves régulièrement admis (81, 6%) et le pourcentage des élèves ayant obtenu la moyenne annuelle, soit 81%, n’est pas significative. Ce qui signifie, selon lui, que malgré son coût élevé, cet examen n’a pas d’impact sur le flux des élèves qui passent au second cycle.

Le ministre a aussi justifié cette nouvelle réforme par le fait que les enfants qui terminaient le 1er cycle de l’enseignement fondamental retombaient très vite dans l’illettrisme. Pour lui, ce changement adopté par notre pays nous permettra d’être en conformité avec la loi d’Orientation de l’Education qui prévoit un cycle unique de l’enseignement fondamental de neuf ans sanctionné par le Diplôme d’Études Fondamentales et supprime l’examen du premier cycle.

Ce changement est aussi l’une des recommandations du Forum national sur l’éducation."Toutes ces réformes permettront à notre pays de se rapprocher du système d’évaluation en cours dans les autres pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine", a assuré le ministre.

Le ministre Sanogo a révélé que cette réforme n’est pas une décision unilatérale du gouvernement, mais que c’est le fruit que d’une large concertation avec l’ensemble des acteurs de l’école malienne. A savoir les différents syndicats de l’enseignement, les associations des parents d’élèves.

Le chef du département de l’Education a rassuré que des mesures d’accompagnement seront prises pour accompagner la nouvelle mesure. Telles que la création de nouvelles académies, des centres d’animation pédagogique qui seront transformés en inspections comme auparavant.

Kassoum THERA/L’Indépendant

Publié dans Mali

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article