RD Congo : Les ouvriers du diamant reclamnet leurs salaires

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Kinsasha Place BrasonnierLes agents et travailleurs de la Minière de Bakwanga (MIBA), entreprise de production et de commercialisation du diamant en République démocratique du Congo ( RDC), ont menacé d'aller en grève et de paralyser l'activité de cette entreprise si jamais leurs salaires n'était pas payé d'ici le 25 juin prochain, a déclaré mardi un membre de la délagation syndicale de la MIBA.

"Dans un mémo remis le week-end dernier au ministre congolais du Portefeuille, la délégation syndicale de la MIBA demande au gouvernement de payer les six mois d'arriérés de salaire des agents d'ici le 25 juin", a rapporté la Radio Okapi, la station de la Mission de l'ONU au Congo (MONUC).

Pour la délégation syndicale de la MIBA, l'Etat congolais et son partenaire belge impliqué dans la gestion de cette entreprise ont encaissé des milliards de dollars américains produits par la MIBA.

Dans son mémo, le syndicat décrie "l'indifférence" de l'Etat congolais face à la situation de la MIBA. D'après les syndicalistes, la situation sociale des agents de cette entreprise s'est détériorée au point que certains d'entre eux souffrent de la malnutrition aiguë et d'autres sont morts.

Pour conserver la paix sociale au sein de la MIBA, la délégation syndicale exige aussi le retrait des dragues des compagnies privées qui exploitent le diamant dans la concession de cette entreprise minière. "A huit jours de la célébration du cinquantenaire de la RDC, l'Etat Congolais devrait cesser de manifester une indifférence meurtrière à l'égard de la MIBA et de son personnel", soulignent les syndicalistes de la MIBA.

En réaction à la prise de position des syndicalistes, la direction a décidé de renforcer la présence policière pour sécuriser les installations de l'entreprise. Autrefois fleuron de l'économie congolaise, la MIBA qui est basée à Mbuji Mayi, chef liue de la province du Kasai Oriental est tombée en faillite suite à la detréioration de ses infrastrucures de production et à la megestion de l'entreprise par les différents gestionaires qui l'ont géré, en complicité avec l'Etat congolais.

XinhuaNews

Publié dans Afrique

Commenter cet article