RD CONGO : L’Opposition a retiré sa motion mais promet de la remettre bientôt

Publié le par Oussouf DIAGOLA

L’histoire allait se répéter hier à l’Assemblée nationale. Comme l’époque de Clément Kanku Bukasa, la motion de Bussa contre le Premier Ministre devrait également être rejetée pour vice de forme ou mieux, pour de nombreuses irrégularités. Sur la liste de 126 signatures enregistrées, le Bureau de l’Assemblée nationale aurait déniché deux Députés qui ont signé deux fois. Il s’agit des Honorables Marcel Tshibuyi et Valentin Bope Bope Shamba. Un troisième, en la personne de l’Honorable Patrick Mazembele, affirme n’avoir pas signé. Qui l’a fait à sa place ? Mystère. Voilà les vraies raisons qui ont sans nul doute poussé François Muamba à retirer cette motion, avant de promettre d’y revenir, plus tard. Le Bouc émissaire a été vite trouvé : les militants du Palu qui, à cause des altercations avec les agents de l’ordre, ont pu faire tomber une partie de la clôture du Palais du Peuple. Ils auraient également égratigné Evariste Boshab, le Speaker de la Chambre basse du Parlement. D’où, soutient le SG du MLC, le climat et les conditions n’étant pas réunies, le débat devait être différé’’. Les excuses du PM au Président Boshab, aux membres du Bureau et à tous les Députés ne se sont pas fait attendre. Muzito via son Porte-Parole rasure que dans l’avenir, des dispositions seront prises pour que pareils incidents ne puissent se répéter. Un autre leader de l’Opposition qui n’a pas encore dit son dernier mot parle plutôt d’un repli stratégique. A quand le prochain rendez-vous ? C’est un Evariste Boshab très fâché qui a ouvert la séance plénière de ce mercredi 19 mai 2010, en fustigeant l’instrumentalisation de la population par le Premier Ministre Adolphe Muzito. Le speaker de la Chambre Basse du Parlement exige réparation de tout préjudice causé à la Représentation Nationale par les militants du PALU qui, non seulement, l’auraient molesté, mais également cassé une partie de la clôture du Palais du Peuple. Sinon, a-t-il dit, il n’y aurait plus de séance plénière jusqu’à nouvel ordre. Evariste Boshab Mabudj Mabileng rappelle qu’en sa qualité de Secrétaire Général d’un parti politique, s’il pouvait demander à ses militants de venir, il y aurait certainement une apocalypse. Contre toute vraisemblance, François Muamba n’a pas attendu la fin du propos du Président de l’Assemblée Nationale, pour solliciter une motion. Sans aller par quatre chemins, le Secrétaire Général du MLC a annoncé le retrait pur et simple de la motion de censure déposée contre Adolphe Muzito Fumunsi. Fuite en avant ou repli stratégique ? A l’élu de Kabeya Kamuanga de lâcher : ‘‘les choses devraient se passer dans la clarté. Le climat et les conditions n’étant pas réunies, le débat devait être différé’’. A ce propos, le Député National Kalala Tshibangu pense que la démarche de l’Opposition est une opération politique. Pour lui, du fait qu’ils aient évité le débat, il n’y a pas un problème particulier, ils conservent intact leur droit. Nonobstant, renchérit-il, Jean- Lucien Bussa savait déjà qu’il y avait un problème de signatures. C’est ici, pensent les analystes avisés, qu’il y a l’arbre qui cache la forêt. En effet, à en croire un Communiqué de l’Honorable Wildor Makoneiro, 1er Rapporteur de l’Assemblée nationale, l’Opposition, en réalité, n’avait pas réuni les 125 signatures exigées par la Constitution pour faire passer la motion de censure contre le Premier Ministre. Tenez, deux Honorables Députés auraient signé deux fois sur la liste de partisans de la motion. Il s’agit des Honorables Marcel Tshibuyi et Valentin Bope Bope Shamba. Un troisième Député, en la personne de l’Honorable Patrick Mazembele ne reconnaît pas avoir apposé sa signature. Qui l’a fait à sa place ? Mystère. Sous d’autres cieux, une plainte en bonne et due forme aurait été déposée contre l’Opposition devant les juridictions compétentes, pour faux et usage de faux. Soit. De ce qui précède, l’on est en droit d’argumenter que l’Opposition a organisé malignement une fuite en avant, en trouvant un bouc émissaire : les dérapages dans le comportement des militants du Palu. La guerre des stratégies Entre le camp de Muzito et celui de François Muamba, c’est la guerre des stratégies. Pour l’initiateur de la Motion, au nom de la gestion saine de la chose publique, surtout de la lutte contre l’enrichissement illicite, il doit toucher le haut du pavé. D’autre part, Muzito est prêt à vendre cher son poste, aussi longtemps que les liens de l’alliance affichent une certaine solidité. Et ce, malgré la présence de quelques aigris au sein de l’Alliance pour la Majorité Présidentielle. Dès lors, chaque camp est dans ce qu’on peut appeler un laboratoire de stratégies. Pour le tort causé par les militants du PALU, « le Premier Ministre présente ses excuses à Evariste Boshab, aux Membres du Bureau ainsi qu’à tous les Députés Nationaux. Il rassure, par ailleurs, qu’à l’avenir des dispositions seront prises pour que pareils incidents ne puissent se répéter », soutient son Porte-Parole.

 

La Prospérité (RD Congo)

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article