R.D CONGO : "La Belgique a spolié 500 entreprises congolaises"

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Louis-Michel_Kabila.jpgUn parti congolais, l'Union des Démocrates socialistes (UDS), a réclamé jeudi la réouverture du "contentieux belgo-congolais" et la restitution du patrimoine culturel et artistique spolié, selon lui, par le colonisateur belge.

"L'UDS estime que la réouverture du contentieux belgo-congolais devrait être inscrite à l'ordre de la visite royale du mois de juin 2010 par la Belgique en vue de faire jouir au peuple congolais de ses droits inaliénables sur ses biens et fortunes, et de marquer un nouveau départ basé sur l'instauration des rapports bilatéraux bénéfiques à nos deux nations et nos deux peuples", affirme-t-il.

L'UDS, dirigé par Crispin Kabasele Tshimanga, exige notamment "la réparation par la Belgique de la spoliation des 500 entreprises congolaises régies jadis par le statut des sociétés à charte, par la loi du 17 juin 1960, votée par le Parlement belge, alors que le même jour, les deux chambres du Parlement congolais se réunissaient, convoquées par le roi des Belges, pour constituer leurs bureaux respectifs".

Le contentieux belgo-congolais est né de la loi votée le 17 juin 1960, qui offrait aux entreprises coloniales d'opter soit pour la nationalité belge, soit pour la nationalité congolaise - dans les faits, plusieurs sociétés optent pour la nationalité belge et les actionnaires transforment les entreprises actives au Congo en des filiales - et de divergences à propos de la dette publique de l'ex-Congo belge. Il avait toutefois été déclaré "clos" par le président Mobutu Sese Seko le 30 juin 1966. (belga/mb)

7sur7

Publié dans Afrique

Commenter cet article