Ouganda : Beatrice Ayuru Bvaruhanga meilleure femme chef d'entreprise de la CNUCED

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Cnuced.jpgL'Ougandaise Beatrice Ayuru Bvaruhanga a reçu le Prix Empretec 2010 de la femme chef d'entreprise de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) pour avoir créé une école dans le nord de l'Ouganda.

Le prix a été décerné lors d'une cérémonie organisée lors de la session 2010 de la Commission des investissements, des entreprises et du développement de la CNUCED, tenue du 26 au 30 avril à Genève.

L'école de Mme Bvaruhanga compte 1.500 élèves et comprend une section maternelle, une école primaire, un collège et un lycée. La fondatrice de l'école prévoit de créer une université.

"Etant une femme d'une zone ravagée par la guerre, j'essaie de faire la différence pour la vie des enfants des zones ravagées par la guerre", a dit Mme Bvaruhanga.

Le prix et une bourse d'étude de 6.000 lui ont été remis. Une femme du Chili et une autre du Botswana arrivent en deuxième et troisième positions.

Les gagnants ont été choisis par un panel de 20 personnes composé d'entrepreneurs, de directeurs et de spécialistes du genre. Pour faire leur choix, les experts se sont appuyés sur des critères tels que l´esprit d´entreprise des candidates, les résultats atteints dans leur société, le rayonnement au niveau local, national ou international, l´originalité et la qualité des produits ou des services proposés.

Selon la CNUCED, les petites et moyennes entreprises (PME) sont essentielles au développement économique équilibré et durable. Dans les pays industrialisés, les PME représentent environ 95% du tissu industriel. Dans les pays en développement, elles sont souvent encore trop peu nombreuses.

Ce qui distingue les finalistes du prix Empretec de la CNUCED, "c´est leur capacité de vaincre les obstacles que ces petites entreprises rencontrent habituellement dans ces pays", estime l'agence onusienne.

XinhuaNews

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article