MALI : Un réseau se met pour améliorer la diffusion des images d’Afrique

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Bobine-de-film.jpgDes professionnels de la distribution et de l’exploitation du Mali, du Sénégal, du Burkina Faso et de la France ont créé le réseau dénommé « Film Afrique réseaux ». Dans le cadre de ce réseau, la maison du partenariat Angers-Bamako, abrite depuis le 31 mars 2010, un atelier d’élaboration d’outils d’analyse de la mise en réseau de distributeurs et de diffuseurs dans quatre pays : Mali, Burkina Faso, Sénégal et France.

« Les cinémas d’Afrique sont porteurs de sensibilités, d’esthétiques, d’imaginaires qui prennent leurs racines dans ses cultures spécifiques. Malgré l’apport qu’ils constituent, les cinémas d’Afrique sont peu diffusés, que ce soit en Europe ou en Afrique », a indiqué Mme Saïda Ragui, directrice de « Cinémas et cultures d’Afrique » à Angers. C’est convaincue que les secteurs de la distribution et de l’exploitation en Afrique de l’Ouest traversent une période difficile, qu’elle dira : «  c’est dans l’objectif de contribuer à la structuration et à la professionnalisation de la diffusion de films d’Afrique en vue de la viabilité économique du cinéma en Afrique, que des professionnels de la distribution et de l’exploitation du Mali, du Sénégal, du Burkina Faso et de la France, ont mis en place un réseau dénommé ‘’Film Afrique réseaux’’ ». Sans avoir la prétention de résoudre toutes les difficultés du cinéma africain, « Film Afrique réseaux », selon son coordinateur Khalilou Ndiaye du Groupe Image et Vie, installé à Dakar, veut devenir un interlocuteur crédible pour diffuser des films en Afrique et en Europe. Pour cela, il dira que son premier projet financé par l’Union européenne-ACP Films, va l’aider à  prouver ses capacités dans la diffusion de cinq films africains au Mali, au Burkina Faso, au Sénégal et en France. « Les sorties en Afrique se font dans les salles de cinéma encore en activité, mais aussi dans d’autres lieux alternatifs comme les centres culturels, centres d’animation, les maisons des jeunes, les lycées et universités », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que certains films bénéficieront d’une sortie DVD et sur les télévisions des pays membres. Mais, il a insisté sur la qualité des projections qui se feront suivant un label de qualité défini par les membres du réseau et l’avant-première qui sera organisée dans chaque pays pour chaque film en présence du réalisateur qui échangera avec le public. Dans le cadre de ce projet, les films « Les feux de Mansaré » de Mansour Sora Wade du Sénégal et « Le Fauteuil » de Missa Hébié du Burkina Faso viennent d’être diffusés au Burkina Faso et au Sénégal. Ils seront diffusés au Mali en Avril pour « Le fauteuil » et en mai pour « Les feux de Mansaré ». Mais en attendant, les diffusions maliennes, la rencontre qui a démarré à la maison du partenariat Angers-Bamako et prendra fin, le 2 avril 2010, va évaluer les diffusions du Sénégal et du Burkina Faso, pour que le label de qualité que s’impose « Films Afrique réseaux » soit une réalité. L’initiative a été saluée par Sidi Diabaté, directeur adjoint du Centre national de la cinématographie du Mali. Selon lui, tout le secteur du cinéma attendait la création d’un réseau de distribution et d’exploitation de films africains. Pour sa part,  Dr Boubacar H. Diaby, Coordinateur Programme d’appui au développement économique et social du secteur de la culture, a estimé que le cinéma africain a longtemps souffert de l’absence d’un réseau de diffusion et d’exploitation. Pour cela, il a salué la naissance du nouveau réseau qui pourra aider à la renaissance du cinéma africain.

Assane Koné/Le Républicain

Publié dans Afrique

Commenter cet article