Mali : surfacturation, vol et détournement de fonds au Programme de Compétition et de Diversification Agricole

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Carte du Mali vertAprès le passage des limiers du Vérificateur Général qui ont descellé un trou de 392 millions de francs CFA dans la caisse du PCDA, le contrôle financier réalisé par les enquêteurs de la CASCA (Cellule d’Appui aux Structures de Contrôle de l’Etat) est sans appel : surfacturation à la pelle, vol et détournement de fonds. Auxquels s’ajoutent des dépenses injustifiées et le manque de contrôle interne pour un autre creux de 335,4 millions dans la caisse. Autant de découvertes qui ont précipité ce Programme dans l’abîme.

Jugé, pourtant, stratégique par le gouvernement dans sa politique agricole, le PCDA n’aurait peut être pas échappé à l’appétit vorace de son coordinateur, Gagny Timbo.

Par petites touches, il aurait « sucé » les caisses, érigé le népotisme en mode de gestion. L’espoir tant suscité auprès des populations, a viré au cauchemar. Un flop magistral.

Dénommé « Programme de Compétition et de Diversification Agricole », la structure a vite fait de taire ses ambitions. Raison invoquée par les enquêteurs de la CASCA. L’utilisation des recettes de la boîte à d’autres fins. Estimé à 335,4 millions de francs CFA, celles-ci auraient fondu comme du beurre au soleil. Ce n’est pas tout. Loin s’en faut.

Même, le prélèvement indu de l’ITS et de l’INPS s’élevant à 92,2 millions de nos francs n’est pas de nature à tempérer les curiosités.

Autres gaffes relevées dans la gestion du coordinateur du PCDA : le non reversement au service des Impôts des sommes dues au titre des impôts sur le bénéfice industriel et commercial (IBIC) sur le revenu foncier (IRF) et de la TVA. En chiffre, 210 millions de francs CFA ont prit une destination, jusque-là encore inconnue. Comme par magie. Et sans explication. Et pour la même période. Plus grave encore, le Programme a effectué des paiements indu de perdiems pour un montant de 2,4 millions nos francs. Est-ce parce que les bénéficiaires de ces sous sont proches du « Roi » ? Un seul exemple cité par les enquêteurs : le manque de contrôle régulier au niveau de la caisse.

L’espoir assassiné

A tout cela s’ajoute le paiement les dépenses injustifiées (encore !) au titre des conventions pour un montant de plus de 111 millions de francs CFA que le Boss du Projet, Gagny Timbo, brandit comme un éventail. Histoire de combler les trous de caisse.

Enfin, le PCDA a octroyé, sans base légale, des dotations de carburant pour 62.400 litres de juin 2006 à décembre 2008.

Depuis des lustres, le PCDA est au bord du précipice. Les caisses sont vides. Désespérément, vides

Et pire, quand il y a décaissement c’est sans rapport avec les besoins réels de la structure. En clair, l’argent coule de source. Et dans d’autres sources. De telles pratiques, indiquent les enquêteurs, ont causé une perte de 335,4 millions de francs CFA au PCDA.

Bref, le PCDA soutenu à coups de milliards de nos francs par les partenaires a été sacrifié sur l’autel d’intérêts égoïstes. En somme, la caisse de la Boîte a subi une saignée financière de plusieurs millions.

En réalité, cette mauvaise gestion est le fruit d’un système bien huilé, mis en place par le « le prince » du PCDA.

Selon ce système, le Coordinateur veille aux « bons soins » des « bonzes » du Département de l’agriculture : enveloppes de fin du mois, bons d’essence à gogo, voyages et autres cadeaux en nature. Du moins, s’il veut éviter les « ennuis ».

Face à de telles pratiques qui ont occasionné un trou de 335,4 millions de francs CFA au PCDA, les enquêteurs à l’unanimité exigent la transmission du dossier du Projet à la justice. Afin que le Coordinateur, Gagny Timbo, s’explique sur la destination des 335,4 millions de francs CFA passés à la casserole. C’est dire que le Boss du PCDA risque gros. Très gros.

 Comprenne qui pourra.

Jean pierre James/Le Quotidien de Bamako (Mali)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article