Mali : N'Diaye Bah, Secrétaire général du Cndi-fyt rejoint le mouvement citoyen

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Décidément, la crise qui a secoué le CNID de Me Mountaga Tall en 2007 semble avoir laissé des séquelles. De source crédible, le Secrétaire général du parti et non moins ministre de l'Artisanat et du Tourisme, N'Diaye Bah et plusieurs cadres du parti travaillant dans son Cabinet, sont sur le départ vers d'autres cieux qu'ils estiment plus favorables à leurs intérêts politiques du moment. En l’occurrence le Mouvement Citoyen d'Ahmed Diané Séméga.

Il est bien établi au Congrès National d'Initiative Démocratique (CNID Faso Yiriwa Ton) que le ministre N'Diaye Bah ne pourrait plus rempiler à un quelconque portefeuille ministériel au nom et pour le compte du parti.

 Le sujet avait fait l'objet de vives discussions au sein du Comité directeur du parti du soleil levant où, en dehors du président Me Mountaga Tall (qui avait souhaité qu'il soit maintenu au sein du Gouvernement), une majorité écrasante des cadres avait décidé, en 2007, au moment de la formation de l'actuel Gouvernement, d'enlever le nom de N'Diaye Bah de la liste présentée par le CNID. Ce dernier venait de boucler cinq ans de présence ininterrompue au poste de ministre de l’Artisanat et du Tourisme et beaucoup de ses camarades étaient d’avis que c’était largement suffisant pour faire ses preuves et que, par conséquent, il devait laisser la place à un autre. Il avait été néanmoins   maintenu au sein du Gouvernement, selon nos sources, grâce à ses rapports particuliers avec des personnalités haut placées, ATT et son épouse Lobbo pour ne pas les nommer. Ce qui avait occasionné la crise que l'on sait, avec la suspension du ministre, crise  qui s'était terminée grâce à l'intervention des sages du CNID qui avaient fait la médiation entre Me Tall et N'Diaye Bah. On pensait les plaies cicatrisées. C'est  compter sans les capacités de suspicions, de rancoeur et de méfiance des uns et des autres.

Aujourd'hui, dans l'expectative d'un réaménagement du Gouvernement Modibo Sidibé, N'Diaye Bah sait qu'il n'a plus aucune chance d'être maintenu au Gouvernement en tant que ministre CNID. Ainsi, selon nos informations, avec divers arguments -dont les idées de rénovation qu'il compte introduire au sein du parti ou la gestion autocratique du parti - le Secrétaire général entreprend des actions discrètes pour aller vers d'autres cieux.

En effet, de sources concordantes, celui-ci a eu la semaine dernière une rencontre de haut niveau avec les premiers responsables du Mouvement Citoyen (MC) à la résidence de  Ousmane Thiam ancien ministre de l’Investissement et de la promotion du Secteur privé et, pour ceux qui l’ignorent, un des nombreux «petits frères» qui gravitent autour d’ATT .

A cette rencontre, le Secrétaire général du CNID a informé ses interlocuteurs qu'il compte quitter le parti du soleil levant pour débarquer, avec armes et bagages,  au Mouvement Citoyen. Il aurait,  à cet effet, adressé une correspondance au Comité Exécutif National  du MC pour préparer son …arrivée. Pour rappel, cette association dite apolitique, qui a soutenu la candidature de ATT à la présidentielle de 2002 et exercé le pouvoir à ses côtés, veut désormais assumer son héritage.

Pour cela, elle veut se transformer en parti poltique et compétir ainsi à visage découvert avec ceux du même nom qui occupent l’échiquier national. N’Diaye Ba, sachant qu’il a épuisé toutes ses cartes au sein du CNID, chercherait donc à se construire une nouvelle carrière ministérielle parmi les amis  et héritiers présomptifs d’ATT

Car on ne le sait que trop, la poltique sous nos cieux n’est pas une question d’idéal mais d’intérêt personnel.

Joint au téléphone hier, le ministre N'Diaye Bah a simplement répondu à nos questions par rapport à ce sujet par : "je n'ai pas de commentaire à faire par rapport à vos informations. Dès que je prendrai une décision dans ce sens, vous serez les premiers à être informés". No comment.  

Bruno Djito SEGBEDJI/L'Indépendant

Publié dans Mali

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article