Mali : Les contours du nouveau gouvernement qui sera connu cette semaine

Publié le par Oussouf DIAGOLA

carte-fanion-du-Mali1.jpgDans notre édition de mardi 28 décembre, nous faisions état du remaniement ministériel qui pourrait intervenir dans la première semaine du mois de janvier 2011, en révélant des changements de personnes qui affecteraient neuf ministères. L'information se précise de plus en plus et nous sommes en mesure d'affirmer, selon notre source généralement crédible, qu'il ne s'agirait pas d'un simple remaniement, mais d'un vrai réaménagement gouvernemental. C'est-à-dire une profonde restructuration caractérisée par la création de nouveaux ministères et l'arrivée de nouvelles têtes dont de jeunes technocrates et des experts de renommée internationale.  En d'autres termes, il s'agirait de mettre en place une équipe dirigée par Django Cissoko, en mesure de gérer avec plus d'efficacité et de rigueur les affaires publiques pendant les 18 mois que le président ATT doit encore passer au pouvoir, lui assurant ainsi une sortie glorieuse.

Le secteur de l'Education, qui a connu beaucoup de remous ces dernières années, bénéficie de l'attention particulière du chef de l'Etat qui entend, selon notre source, prendre en compte les préoccupations exprimées lors du Forum de l'Education. C'est pourquoi, ce département se verrait scindé en trois ministères distincts, au lieu des deux qui existent actuellement. Il y aurait donc un ministère chargé de l'Enseignement préscolaire, fondamental, de l'alphabétisation et des langues nationales, un département de l'Enseignement secondaire général, technique et professionnel et un autre chargé de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Pour l'instant, nous ignorons qui devrait détenir le portefeuille de l'Enseignement secondaire général, technique et professionnel, mais il y a de fortes chances que le ministère de l'Enseignement préscolaire, fondamental, de l'alphabétisation et des langues nationales soit gardé par le Pr Salikou Sanogo. De même que Mme Ginette Bellegarde pourrait rester à la tête du département de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Au niveau des innovations, l'actuel ministère de la Jeunesse et des sports devrait être scindé en deux départements distincts.  En effet, il serait créé un ministère de l'Emploi et de la promotion de la Jeunesse, qui pourrait revenir à Modibo Macalou, actuellement conseiller technique à la présidence de la République. Il est le fils du Docteur Oumar Macalou qui fut, pendant longtemps, le directeur de Cabinet de Moussa Traoré. Les Sports, quant à eux, se verraient confiés à l’ex-président Mamadou Tiéoulé Konaté, actuellement secrétaire général adjoint de la présidence de la République et secrétaire général de la Fédération Malienne de Hippisme où ses excellents résultats plaident en sa faveur.  C’est dire que Hamane Niang devrait quitter le gouvernement.

Par ailleurs, le Commissariat à la Sécurité alimentaire devrait être transformé en un ministère qui absorbera également la Pêche et le Cheptel. Il sera dirigé par Mme Nana Lansry Haïdara. Ce qui constituerait une consécration pour cette dame qui a géré jusqu’ici avec brio la sécurité alimentaire au Mali. La disparition de l’actuel ministère de l’Elevage et de la Pêche pourrait signer la sortie du gouvernement de Mme Diallo Madeleine Bah. 

Toujours au titre des nouvelles créations, un ministère de l'Environnement et de l'assainissement devrait voir le jour. C'est la preuve de l'engagement du chef de l'Etat à faire de la question de l'assainissement une des préoccupations essentielles du gouvernement qui devra s'investir davantage dans la propreté de nos villes. Pour le moment, nous n'avons aucune information sur celui qui est pressenti pour occuper ce poste, même si la sortie de Tiémoko Sangaré est hautement probable.

Au ministère du Développement social, de la solidarité et des personnes âgées, Sékou Diakité devrait passer la main à Alassane Bocoum, l'actuel directeur national du développement social qui a eu à manager avec succès le mois de la solidarité, lors des quatre dernières années.

Mme Gakou Salamata Fofana a de fortes chances de rester à la tête du ministère de l'Urbanisme, de l'habitat et des logements qui serait toutefois amputé de la gestion du foncier, qui serait désormais confiée au ministère de l'Economie et des Finances, comme c’était le cas auparavant.

Au ministère de la Justice Garde des Sceaux, Maharafa Traoré pourrait passer le témoin à Maître Amadou Thouré, avocat à la Cour, alors que Abdoul Wahab Berthé devrait rester à son poste, avec un petit changement de dénomination de son portefeuille: ministère du Travail, de la fonction publique et de la modernisation de l'Etat, au lieu de réforme de l'Etat comme c'est le cas présentement.

Le ministère de la Promotion de la femme, de l'enfant et de la famille ne devrait pas, en principe, connaître de bouleversement, même si nous ne pouvons affirmer, pour le moment, que Mme Maïga Sina Damba serait en mesure de rempiler.

Rappelons que dans notre édition de mardi 28 décembre, nous annoncions déjà des changements à la tête de neuf ministères et la confirmation de certains ministres à leur poste. Il s'agit de Lassine Bouaré, actuel ministre du Budget, qui pourrait remplacer, au ministère de l'Economie et des finances, Sanoussi Touré appelé au départ.

Le ministère de la Promotion des investissements et du commerce serait, quant à lui, confié à Moussa Alassane Diallo, actuellement PDG de la BNDA et président de l'Association professionnelle des banques et établissements financiers (APBEF).

De même, N'Diaye Bâh, l'ex-secrétaire général du CNID passé avec armes et bagages au PDES au rang de deuxième vice-président, est appelé à quitter le gouvernement, son département devant être rattaché au ministère de la Culture où sera confirmé Mohamed El Moctar.

Au ministère de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, un Général va en remplacer un autre, Sadio Gassama devant passer la main à  Magloire Kéïta, déjà en service au sein dudit département.

Le département des Mines devrait être ajouté de nouveau à l’Energie et à l’Eau pour être confié à Mamadou Igor Diarra.

Au ministère de la Communication, Mariam Flantié Diallo devrait passer le témoin à Seydou Sissouma, présentement conseiller du président de la République chargé de la Communication, un des plus fidèles serviteurs d'ATT et membre fondateur du parti des amis d'ATT, le PDES.

En guise de récompense aux services rendus à la nation malienne dont il a rehaussé l'image en Afrique, le Général Siaka Toumani Sangaré devrait prendre le relais du Dr Alou Badra Macalou à la tête du ministère des Maliens de l'extérieur et de l'intégration africaine. Le Général Sangaré aura ainsi l'opportunité de mettre son expertise au profit de la construction de l'unité africaine.

Il faut rappeler que le Dr Macalou gérait ce département, cumulativement avec celui de la Santé, depuis qu'Oumar Ibrahim Touré a été chassé du gouvernement à cause des détournements de fonds survenus au Fonds mondial. A la faveur de ce remaniement ministériel, Dr Macalou se verrait donc confirmé au ministère de la Santé.

L’Indépendant

Publié dans Mali

Commenter cet article