Mali : "des paroles en l’air, on peut en débiter autant qu’on le veuille, dès lors qu’on a une bouche."

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Palais de KouloubaA plus d’un an de l’élection présidentielle pour la succession de ATT, on entend pratiquement chaque jour une nouvelle voix faire sa déclaration pour Koulouba. On apprenait ce matin que deux nouveaux candidats sont entrés dans la course ce week-end : Abdoulaye Diallo et Amadou Diarra. Le site de RFI précise qu’ils sont donc neuf désormais à vouloir accéder au poste de président et ils ont des points communs. Ils ont la petite quarantaine, ils n'ont pour la plupart pas de parti politique, et ils sont des illustres inconnus de la vie politique locale.

On ne votera qu'en 2012 au Mali, mais la présidentielle aiguise déjà les appétits, notamment chez de jeunes hommes politiques. Plusieurs personnalités d'à peine 40 ans se sont déjà déclarées candidats à la magistrature suprême. Ce week-end, Abdoulaye Diallo et Amadou Diarra ont rejoint la liste des prétendants. Autres points communs: en plus d'être jeunes, ils n'ont pas de parti politique et sont inconnus du grand public.

Des jeunes de la diaspora pour la plupart dont discours n’est pas toujours structuré pour qui après les indépendances, il faut rapidement faire du Mali un pays émergent. Amara Diarra, Kassoum Coulibaly, Abdoulaye Diallo des illustres inconnus qui ont la petite quarantaine comme Cheick Boukadary Traoré, fils de l’ancien président Moussa Traoré qui se la joue modeste. Si lui au moins n’aura pas de peine à payer la caution de 50 millions pour le dépôt de candidature, nombreux sont ces autres jeunes fantaisistes qui seront recalés faute d’argent.

Mais quoi, tout électeur n’est-il pas éligible selon le code électoral ? Et n’oubliez pas ce bon dicton malien : des paroles en l’air, on peut en débiter autant qu’on le veuille, dès lors qu’on a une bouche.

Publié dans Mali

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article