Mali : Ce qu'il faut savoir sur l'affaire de l'uranium de Faléa

Publié le par La Rédaction

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTCSUDxCrsyaa_qZWRc4l7QpKHRlQwDviHziwuWE920KJTufPTDATT a dit qu’il n’était pas au courant de l’affaire de l’exploration de Faléa dont le permis a été approuvé en conseil de ministres. Eva Joly en mission à Bamako a mis les pieds dans les plats. Et comme l’uranium irradie, on va bientôt avoir besoin de masque pour approcher Modibo Sidibé.

C’est une Eva Joly toujours humble comme à son habitude mais fière d’avoir remporté sa bataille qui a repris l’avion ce soir du 29 mars. Quelques heures auparavant, elle était reçue par ATT avec sa délégation de cinq personnes dont l’Eurodéputée, Michèle Rivasi, Vice-présidente de la Commission Environnement-Développement. Objet de l’audience : un contrat d’exploration contre lequel les populations de Faléa, commune de 17 000 habitants dans le cercle de Keniéba à 600 km de Bamako protestent depuis 2009. Eva Joly s’était rendue sur le site les 26 et 27 mars. Elle a discuté avec les populations sur l’affaire. Les vingt-un chefs de villages de la commune étaient présents à la rencontre en plus du Conseil communal dirigé par le Maire. Ils maintiennent leur position : ils ne veulent pas d’activités autour de l’uranium.

L’eurodéputée n’est pas que l’icône de la lutte à mort contre la corruption. Elle surveille également comme le lait sur le feu la question de la justice économique et de la transparence dans l’industrie extractive. L’affaire du cuivre zambien dans laquelle elle est une avocate passionnée des intérêts de l’Etat zambien contre le prédateur chinois l’a rendue plus célèbre en Afrique. Qui plus est, elle est une militante anti-nucléaire connue.

Lorsque l’altermondialiste malien, Mani Camara, résidant depuis sa convalescence à Paris, la rencontre en 2010 à l’Université d’été des Ecolos à Nantes, c’est avec un dossier bien ficelé de l’Association des Ressortissants et Amis de la Commune de Faléa (Aracf) dont le secrétaire à la Communication n’est autre que l’excellent communicant et altermondialiste Nouhoum Kéita de Radio Kayira.

Activisme tous azimuts

Cette commune fait partie de cinq localités maliennes pour lesquelles existent, à l’heure actuelle, des contrats d’exploration d’uranium. Le ministre des mines sortant Aboubacar Traoré, reconnaît avoir fait adopter quatre contrats par le Conseil de ministres en février dernier, celui de Faléa ayant été approuvé sous le numéro PR 07/304 du 19 févier 2007avec une superficie délimitée de 150 km2 par le même conseil de ministres lorsque Ahmed Diané Séméga était en charge des Mines.

Le montant forfaitaire des permis de recherche minière étant légalement de 500 000 Cfa, la thèse de la magouille ne convaincra pas si facilement ici. Ainsi la Convention d’exploration de l’uranium dans la commune de Faléa accordée à la canadienne Rockgate « est donc bel et bien approuvée par le gouvernement et est régulière en tous points », souligne l’ancien ministre.

Mais ce 29 mars, Eva Joly emportée et émue par la pauvreté de la Commune qu’elle venait de visiter crie au scandale devant le président Touré entouré de ses conseillers. L’ombre du désastre nucléaire japonais plane. La juge écolo invoque des morts d’animaux. Il est vrai qu’en 2010, «un éleveur du nom de Danfaga s’était plaint que « quatre de ses animaux étaient morts après avoir brouté de l’herbe dans une partie qui venait d’être sondée par Rockgate ». L’infortuné saisit le Conseil communal de Faléa et celle-ci en informe l’entreprise qui exige… l’autopsie aux frais de Danfaga endeuillé. Elle n’aura jamais lieu cette autopsie mais Eva Joly à qui l’histoire a été contée est, encore, plus choquée.

Rendre Modibo Sidibé radioactif

Devant le président, elle continue son réquisitoire et le termine par le risque de contamination des terres agricoles. Sa verve irradie ATT qui, fâché, avoue qu’il ne savait pas et demande à ses conseillers comment on peut avoir un tel culot sans l’en informer. Pour Eva Joly, c’est plié. Elle rend compte à Paris « le président Touré a promis d’arrêter les forages, de ne pas délivrer de permis d’exploiter et de désormais favoriser l’agriculture plutôt que les industries polluantes ». Mais elle est rectifiée peu de temps après par un conseiller présidentiel proche du dossier cité par l’Afp : « il n’y a pas eu de prise de décision de faire arrêter tout de suite les forages. Pour le moment, on assiste à une phase exploratoire dans cette mine. C’est l’exploration qui est en cours, et elle continue ». L’Afp avait raison. Hier, le ministère des Mines confirmait que Rockegate continuait.

L’Ambassade du Canada intéressée par l’affaire, la firme incriminée étant canadienne, se saisit du dossier et s’étonne de l’amalgame entre le stade d’exploration où se trouve Rockegate et le stade d’exploitation mentionné dans la presse. Abdoulaye Pona, le tout nouveau Président de la Chambre des mines dit qu’il n’a jamais été saisi du dossier de Faléa mais assure que ce vendredi, il devrait rencontrer les ressortissants de ladite commune.

Il ne veut pas parler de l’affaire avant d’en connaître les tenants et les aboutissants. Sage précaution dont la presse s’est écartée qui voit dans ce « scandale » la main de « Aboubacar Traoré et par ricochet Modibo Sidibé » selon les milieux proches de l’ancien Premier ministre. Quid de la perquisition dont le ministre sortant des mines aurait été l’objet de la part de la Sécurité d’Etat ? L’intéressé dit lui-même « avoir lu cela dans la presse ». Les sources sécuritaires démentent. Et personne au ministère de la justice n’est au courant d’une quelconque information ouverte sur ce dossier. La vérité est donc à rechercher du côté des non-dits. Mais « c’est de bonne guerre et ça ne fait que commencer » prévient-on dans l’entourage du Premier ministre sortant. C’est vrai qu’il n’y a pas mieux que cette affaire pour le rendre radioactif !

Le Républicain (Mali)

Publié dans Mali

Commenter cet article