Mali : Al Qaeda veut enrôler des hommes en tenus

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Al-Qaïda au Maghreb islamique a demandé à un élément de la garde nationale fait prisonnier au même moment que Merzuk, un collaborateur des douanes maliennes tué le 12 août, d'être désormais officiellement membre d'AQMI affirme une source sécuritaire dans le nord du Mali. AQMI qui a subi récemment au Mali un assaut des forces mauritaniennes assistées de militaires français, semble vouloir dissuader la population locale d'aider les forces de sécurité dans leur lutte contre la branche maghrébine d'al-Qaïda.

Il y a quelques temps, un colonel de l’armée malienne originaire de la région de Tombouctou avait déjà été assassiné par des éléments d’al-Qaïda au Maghreb islamique. Aujourd’hui avec la mort de Merzuk, ce collaborateur des douanes maliennes, qui porte la même signature, le message d’AQMI est de plus en plus clair : frapper l’ennemi. Il s’agit de l’Occident, des pays du Maghreb, mais aussi toute personne considérée comme partenaire de ces ennemis.

Targui de la tribu des Tagat Malek, Sidi Mohamed Ag Cherif de son vrai nom, a joué il y a quelques années sa partition dans la lutte contre al-Qaïda au Maghreb islamique. Il a en effet participé à l’attaque d’une des positions de l'organisation, entre les déserts malien et algérien.

A l’époque, parmi les victimes il y avait le bras droit d’un chef des islamistes armés. Depuis, Merzuk était dans le collimateur. Et le pardon accordé par la suite, du bout des lèvres, au même Merzuk par la hiérarchie des islamistes armés n’était donc qu’un leurre.

Par cet assassinat, au moment où le dernier raid franco- mauritanien contre la même AQMI est toujours présent dans les esprits, les islamistes ont voulu probablement rebondir en lançant d’autres messages. Tout d’abord, affirmer que leur présence dans le vaste Sahara s’inscrit dans la durée, ensuite montrer que leur capacité d’intervention partout est intacte.

Avec RFI

Publié dans Afrique

Commenter cet article