Mali : Mais qui a inventé cette histoire de détournement d'or à l'aéroport de Bamako

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Place Independance BamakoDepuis un certain temps, les rumeurs les plus folles font état d’un détournement d’or par certains agents des Douanes dont le DG Colonel Amadou Togola. Avec la complicité de certains services du ministère des Mines. Pourtant, à y regarder de près, ce n’est que de la poudre aux yeux. Car, ce ne sont que des chercheurs de places qui tentent de déstabiliser des cadres honnêtes de l’Etat.

 

Cette affaire d’or a fait couler trop de salives et d’encre. Jusqu’à créer des suspicions au sein de différents services cités. Afin d’y voir clair, nous avons approché les services concernés notamment le PDRM (Programme pour le Développement des Ressources Minérales) dirigé par M. Mamadou D. Diarra. Ce dernier, après quelques explications nous renvoie chez M. Madani Konaré, Chef du laboratoire.

Au laboratoire, il nous a été révélé que selon la lettre N°007/10/BEDA, une demande d’expertise a été adressée à la DNGM par le Chef de bureau des Douanes de l’Aéroport après la saisie de 3 plaques de métal jaune sur M. Diakité Issoumaïla passager du Vol AT522 de la compagnie Royal Air Maroc à destination de Dubaï via Casa suivant N°010 du 28/09/2010 pour déterminer la nature. Par l’Inspecteur des Douanes Mamadou BA. Cette lettre a été amenée par l’agent de constatation Amidou Konaté en compagnie de Issoumaïla Diakité pourtant détenant un agrément. Après contrôle, il s’est avéré que le produit pèse à peu près 11kg mais qu’il n’a aucune trace d’or. C’est plutôt un alliage de cuivre et de zinc. Ce qui met fin aux différentes allégations cherchant à nuire aux bonnes gens de différents services. Au cours de nos démarches, M. Diarra du PDRM a été clair : «Chaque citoyen peut nous demander à travers une demande de contrôler son produit. Alors, nous le faisons mais avec toute la quantité concernée. Nous ne faisons pas d’échantillonnage car des gens malintentionnés peuvent en profiter pour glisser d’autres produits. Aussi tout produit à l’exportation est contrôlé à notre niveau sauf si c’est des gens qui ont un agrément. Eux, ils détiennent aussi des matériels de contrôle pour pouvoir faire le travail.».

M. Konaré a quand même levé toute équivoque autour de cette affaire qui n’a d’autres objectifs que de nuire à des cadres honnêtes. Alors, le Colonel Togola et ses hommes ainsi que les services du ministre Abou-Bakar Traoré peuvent se targuer contre leurs détracteurs pétris dans l’ombre.

Zénith Balé

Publié dans Mali

Commenter cet article