Madagascar : Les accords de Maputo et d'Addis-Abeba ont été mis entre parenthèses

Publié le par Oussouf DIAGOLA

 Andry Rajoelina-copie-1L'application de la charte de la transition dont les accords de Maputo ainsi que l'acte additionnel d'Addis-Abeba signés en vue d'une sortie de crise à Madagascar n'était plus à l'ordre du jour de la réunion consultative d'une mission de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) avec les membres des trois mouvances de l'opposition, mardi.

« Nous sommes ici pour une mission d'évaluation et on va voir de près quelle est la situation qui prévaut dans le pays actuellement. Cela indépendamment des accords de Maputo et d'Addis- Abeba », a fait savoir le Dr Leonardo S. Simao, chef de la délégation de la SADC.

Fetison Rakoto Andrianirina, chef de la délégation de la mouvance Ravalomanana a confirmé que « la question de la non- effectivité des accords de Maputo et d'Addis-Abeba n'a pas été évoquée lors de la réunion de ce mardi ».

« Ils sont là dans le but de trouver les moyens de continuer les efforts de médiation en vue d'une sortie de crise le plus rapidement possible mais également de constater l'évolution de la situation à Madagascar », a-t-il continué.

Une nouvelle base de discussion pourrait être lancée à l'issue de cette mission d'évaluation de la SADC. Joaquim Chissano, chef de la médiation mandatée par la SADC et l'Union Africaine, lui, est prévu arriver à Madagascar après le 15 juillet, comme l'a annoncé M. Simao.

En attendant, les émissaires de la SADC ont prévu de rencontrer plusieurs entités dont celles issues de la société civile. Ils ont déjà rencontré l'après-midi du mardi 6 juillet, les chefs d'églises au sein du Conseil cuménique des églises chrétiennes de Madagascar. Par contre, le chef de la délégation a avoué n'a pas encore reçu de confirmation pour une rencontre entre eux et les membres de la mouvance Rajoelina.

Madagascar n'a pas encore pu sortir d'une crise politique profonde qui a débuté en décembre 2008, malgré la signature des accords signés à Maputo au mois d'août 2009 entre les quatre principaux chefs des files des mouvances dont les trois anciens présidents Ravalomanana, Ratsiraka, Zafy et le président de la Haute autorité de Transition malgache actuel, Andry Rajoelina, ainsi que d'un acte additionnel signé à Addis-Abéba en novembre de la même année.

 

Xinhuanet

Publié dans Afrique

Commenter cet article