Madagascar : Andry Rajoelina se fâche et met fin aux discussions

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Andry-Rajoelina-copie-1.jpgAprès l’échec programmé de la rencontre d’Addis Abeba, le chef de l’autorité de fait a réitéré sa détermination à organiser des élections de manière unilatérale, coûte que coûte.
Andry Rajoelina veut mettre fin à une transition politique minée par la crise. Il veut imposer, d’abord aux malgaches puis à la communauté internationale, un retour supposé à l’ordre constitutionnel à Madagascar. Le plan B de la HAT présente un calendrier électoral étoffé pour le deuxième semestre 2010.
Andry Rajoelina annonce une feuille de route assortie d’un calendrier électoral pour mettre fin à la transition. « Les discussions sont finies », affirme-t-il. Le chef de l’autorité de fait ne fermerait pas la porte aux membres des autres mouvances qui seront les bienvenus afin de légitimer des élections unilatérales. Ceux qui sont peu enclins à collaborer sont prévenus. « Nous allons prendre des mesures contre ceux qui s’y opposent ou sabotent ces élections », a déclaré le président de la HAT. Il estime que « les problèmes et la crise politique auraient dû être résolus depuis longtemps si l’on n’avait pas saboté la transition ».
Les élections unilatérales de la HAT sont programmées au deuxième semestre 2010. Après le référendum constitutionnel prévu au mois d’août, la vraie bataille électorale sera l’élection législative. Depuis que la France a imposé ou proposé une feuille de route à Andry Rajoelina, ce denier n’est plus inflexible sur la mise en place d’une assemblée constituante. Le 01 juillet 2010, les électeurs seront convoqués officiellement pour se rendre aux urnes le vendredi 01 octobre et élire les députés. Apparemment, il s’agit bien là d’une assemblée nationale de la 4ème République. La constitution devrait être votée au mois d’août 2010.
La logique de la HAT est difficile à cerner à cause du calcul politique. Les critiques et les propositions venant des entités politiques autre que la mouvance Rajoelina demandent à ce que l’élection présidentielle passe en premier. Les autorités en place ont intérêt à assurer leur mainmise sur le pouvoir qui serait plus facile avec l’Assemblée nationale. Par ailleurs, Andry Rajoelina lui-même a répété que ces législatives permettent de mesurer la force de chaque formation politique. L’objectif avoué est d’éviter le monopole du pouvoir par le président élu.
La convocation des électeurs pour l’élection présidentielle sera annoncée le 16 juillet 2010. Il reste à vérifier si la précampagne des candidats à la magistrature suprême influence le choix des électeurs lors des législatives. L’inverse est aussi à prévoir : les résultats des législatives, qui auront lieu six semaines auparavant, peuvent-ils influencer les votes lors des présidentielles. Le mercredi 17 novembre 2010, les électeurs se rendront aux urnes pour élire le nouveau président, celui de la 4ème république. Un deuxième tour, plus que probable, est programmé le vendredi 17 décembre.
Défendant sa feuille de route redessinée avec la France, Andry Rajoelina insiste sur la nécessité d’avancer. Le chef de l’autorité ne craint pas être taxé d’unilatéralisme, cultivant la culture du fait accompli. « Il faut que la 4ème République soit instaurée », a-t-il martelé, ajoutant que « la transition et les élections doivent être achevées cette année ». A noter le choix original du « vendredi joli » et le mercredi pour organiser un scrutin. En tout, quatre jours seront chômés mais payés. Les élections coûte que coûte auront un coût économique.

www.madonline.com

 

 

 

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article