Les musulmans francophones ont rendez-vous à Bamako

Publié le par Oussouf DIAGOLA

http://istanbul.pagesperso-orange.fr/minaret.jpgDu 23 au 26 juillet 2010, Bamako sera la capitale des musulmans de l’espace francophone. Pendant cette période, sous l’égide du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) et sous la haute présidence de Amadou Toumani Touré, Président de la République, notre pays abritera la 6ème édition du Colloque international des musulmans de l’espace francophone (CIMEF). En prélude à cette manifestation, Mamadou Diamouténé, secrétaire général du HCIM et Président de la Commission d’organisation de la 6ème édition du CIMEF, a animé, le 19 juillet 2010, une conférence de presse, dans les locaux du HCIM.


Placée sous le thème « L’islam et défis actuels », la 6ème édition du Colloque international des musulmans de l’espace francophone, selon Mamadou Diamoutèné, s’est fixé l’objectif global d’accroître la capacité des leaders musulmans de l’espace francophone à mieux appréhender et proposer des solutions aux défis majeurs identifiés, et ce, à la lumière des principes de l’Islam. Selon lui, le CIMEF Mali 2010 s’est aussi fixé l’objectif spécifique de promouvoir, dans le référentiel de l’islam, un débat sur les questions de paix et de sécurité, de réchauffement climatique, des rapports Etats et Umma Islamique et sur des questions de réformes sociales. Mieux, il a indiqué que la rencontre permettra de définir des stratégies de diffusion et d’appropriation par les musulmans dans l’espace francophone des solutions que préconise l’islam aux défis précédemment identifiés.

Ces précisions faites, dans l’historique du CIMEF, il a rappelé que le nombre des musulmans vivant dans l’espace où le français est la langue ou l’une des langues officielles, dépasse les 200 millions. « Lorsqu’on vient à analyser leur situation dans cet espace, on s’aperçoit qu’ils font certes face à des réalités bien spécifiques, mais qu’il existe aussi de grandes similarités quant aux défis religieux, sociaux, politiques, économiques et culturels à relever », a-t-il déclaré. Avant de constater que les occasions d’échanges entre les acteurs qui animent ces communautés de croyants sont rares et ont, si elles existent, une dimension tout au plus régionale. Il dira que c’est pour corriger cette lacune, qu’un groupe d’organisateurs et de conférenciers au séminaire international de formation des responsables des associations musulmanes (SIFRAM), tenu à Abidjan en septembre 1999, a pris l’initiative d’organiser un colloque international dont l’objectif est de rassembler des musulmans et des musulmanes de l’espace francophone pour partager les vues, à la lumières des réalités respectives, sur des problématiques de première importance.

La Côte d’Ivoire a abrité en 2000 la première édition du CIMEF sur le thème « Les musulmans francophones : compréhension, terminologie, discours ». La deuxième édition a été organisée au Bénin en 2002 sur le thème « La scène internationale et les expériences d’une éducation adaptée ». En 2004, c’était le tour du Niger d’abriter la troisième édition sur le thème « Les musulmans : entre textes et contextes ». En 2006, le Burkina Faso a été sollicité pour abriter la quatrième édition sur le thème « De l’islamophobie au choc des civilisations » et en 2008, la cinquième édition a été organisée au Togo sous le thème « Islam et développement ; les musulmans face aux objectifs du millénaire ». Cette année l’honneur revient à notre pays d’abriter les travaux de la sixième édition sur le thème « L’islam et les défis actuels ». A l’instar des autres éditions, celle de Bamako s’apprête à accueillir 100 à 150 participants, tous d’éminentes personnalités musulmanes connues sur la scène internationales, selon le conférencier, pour leurs compétences et expériences dans le travail islamique.

Assane Koné/Le Républicain

Publié dans Afrique

Commenter cet article