Le Premier Ministre rencontre les syndicats de l’éducation pour apaiser les tensions

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Modibo-Sidibe2.jpgLe jeudi 15 avril 2010 le premier ministre Modibo Sidibé et l’ensemble des syndicats de l’éducation étaient réunis au tour de la table pour débattre des maux qui minent l’école malienne. Cette rencontre a été un véritable cadre pour apaiser la tension entre le gouvernement et les syndicats mais aussi d’offrir des pistes de solutions à la crise.
De nos jours l’école malienne est à la traine. Grève illimitée du syndicat de l’enseignement supérieur, revendication d’indemnités de logement au niveau des syndicats de l’enseignement fondamental et amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants, tels sont entre autres les plans de résistance du milieu scolaire et universitaire du Mali. Pour trouver une issue heureuse à toutes ces situations, le premier ministre avait jugé utile de réunir l’ensemble des syndicats pour débattre de la situation.
Après avoir entendu les syndicats, le premier ministre a fait savoir que l’école a toujours été au cœur des préoccupations du gouvernement. Et pour preuve, il dira que la part de l‘école dans le budget national représente 37,7%. C’est pourquoi, selon Modibo Sidibé, son gouvernement est favorable à une revalorisation de la fonction enseignante. Par rapport aux problèmes que connaît l’école malienne, le premier s’est engagée à revoir la situation des enseignants, à satisfaire la demande d’indemnité de logement des enseignants du secondaire et du fondamental. Le premier ministre a aussi demandé aux ministères concernés par la question de procéder à l’ouverture d’un agenda de négociations avec les différents syndicats.
Quant à l’enseignement supérieur : le SYNESUP reste camper sur sa position de grève illimitée. Le syndicat de l’enseignement supérieur n’est pas prêt d’observer une trêve. En effet, après la rencontre avec le premier ministre, le secrétaire général du SYNESUP a déclaré que son syndicat continuera la grève tant que le gouvernement n’adoptera pas la loi portant statut des enseignants chercheurs du supérieur et son décret d’application.
Youssouf Diallo/Le Quotidien de Bamako

Publié dans Mali

Commenter cet article