Le Mali invité spécial au G8

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Place Independance BamakoLe Ministre de la santé Oumar Ibrahima Touré, a participé du 27 Avril au 02 Mai 2010 au Canada à la réunion des Ministres du G8 sur la Santé maternelle et infantile.

Il convient de signaler que le Canada, assure actuellement la présidence du G8. A ce titre, il a inscrit la santé de la mère et de l’enfant comme la priorité pour l’agenda du G8 dans le domaine de la santé. La rencontre devrait permettre d’échanger, en vue de renforcer leur vision commune autour de la question. Cela, en prévision du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement du G8 devant se tenir en juin 2010 au Canada.

Les gouvernements du G8, ont souhaité associer un pays représentant l’Afrique à cette réunion. Le choix a été porté sur le Mali, à travers le Ministère de la santé. Cela, en tenant compte de ses avancées significatives en termes de résultats et de sa forte implication dans de nombreuses initiatives porteuses comme l’efficacité de l’aide, les synergies positives avec les systèmes de santé, les actions à haut impact sur la mortalité maternelle et infantile, le développement des ressources humaines, et la santé communautaire.

L’occasion a été saisie par Oumar Ibrahima Touré, pour faire un plaidoyer en vue de renforcer l’initiative sur la santé de la mère et de l’enfant, et, le système de santé sans lequel les efforts seraient vains. A propos du système de santé, un accent particulier a été mis sur l’appui au développement des ressources humaines.

L’intervention du Ministre de la santé a été fortement saluée par les Ministres du Développement du G8, qui se sont dits fortement édifiés sur les actions méritant d’être développés. Selon ces derniers, le Mali mérite d’être fortement soutenu afin qu’il puisse renforcer les résultats acquis.

En marge des réunions de Halifax sur le G8 et de Toronto sur le Partenariat avec l’Afrique, Oumar Ibrahima Touré a eu plusieurs rencontres bilatérales. Il a notamment rencontré le Ministre du développement du Canada, pour approfondir les discussions sur les dossiers prioritaires en vue de les renforcer. Il s’agit, entre autres, de la question des ressources humaines, de la santé de la reproduction, du soutien aux écoles de formations et des programmes décentralisées incluant la société civile.

Le Quotidien de Bamako

Publié dans Mali

Commenter cet article