La Suisse a présenté ses excuses pour la publication des photos sur l'arrestation du fils de Kadhafi, selon la Libye

Publié le par Oussouf DIAGOLA

La Suisse a présenté ses " excuses officiels" pour la publication des photos de l'arrestation du fils du leader libye Muammar Kadhafi, Hannibal Kadhafi, par la police suisse en 2008, a affirmé dimanche l'agence de presse officielle libyenne Jana.

Selon l'agence Jana, la Suisse a présenté ses excuses pour l' "arrestation injustifiée" de Hannibal le 15 juillet 2008 à Genève, pour avoir maltraité ses domestiques, dont les accusations ont été abandonnées par la suite.

Ces excuses s'inscrivent dans le cadre d'un accord signé dimanche à Tripoli entre le ministre libyen des Affaires étrangères Moussa Koussa et ses homologues suisse et espagnol Micheline Calmy-Rey et Miguel Angel Moratinos, qui sont arrivés dimanche matin dans la capitale libyenne pour mettre fin à un différend diplomatique entre la Libye et la Suisse.

Selon l'accord, le gouvernement suisse condamne la publication des photos et assume ses responsabilités, affirme l'agence Jana sans donner plus de détails.

Les autorités libyennes ont libéré vendredi l'homme d'affaires suisses Max Goeldi détenu en Libye depuis près de quatre mois.

Goeldi a purgé une peine de quatre mois pour avoir violé les lois d'immigratioin de la Libye. Il, avec son compatriot Rachid Hamdani, ont été entraînés dans un différend entre la Libye et la Suisse lorsqu'ils ont été arrêtés il y a environ deux ans pour les infractions de visa.

Hamdani a été acquitté par un tribunal libyen en février, tandis que Goeldi a été condamné à quatre mois de prison.

L'arrestation de Hannibal Kadhafi par la police suisse pour avoir maltraité ses domestiques a provoqué une crise diplomatique entre les deux pays.

La Libye a pris une série de mesures de représailles contre la Suisse, dont le rappel de ses diplomates en Suisse et le retrait de ses dépôts dans les banques suisses.

La tension a monté encore quant la Libye a suspendu la délivrance de visas aux citoyens de 25 pays de la zone Schengen, y compris la Suisse, en représailles de la décision de Genève de refuser les visas à 188 Libyens.

Les deux pays ont levé ces interdictions grâce à la médiation des pays européens.

Xinhua News

Publié dans Afrique

Commenter cet article