Kenya : la nouvelle Constitution adoptée à 67,25%

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Le nouvelle Constitution du Kenya a été adoptée lors du référendum du 4 août, obtenant le soutien de 67,23% des votants, selon les résultats officiels annoncés jeudi soir par la Commission électorale intérimaire indépendante (IIEC).

Ceux qui ont voté contre représentent 30,35%, a déclaré le président de l'IIEC, Issack Hassan.

Selon M. Hassn, le taux de participation s'est élevé à 71%. Sur les 12,5 millions de votants enregistrés, 8 millions étaient allés aux urnes.

Le vote de mercredi était considéré comme un test sur les progrès de ce pays de l'Afrique de l'est, où les violences suivant l'élection présidentielle fin décembre 2007 avait coûté la vie à plus de 1.300 personnes.

Le référundum de mercredi s'est déroulé dans une ambiance pacifique à travers le pays, mais sous la haute surveillance des agents de sécurité. Un système électronique a été utilsé dans le décompte des voix.

Le camp du OUI est conduit par le président Mwai Kibaki et son ex-adversaire lors de l'élection présidentielle, le Premier ministre Raila Odinga.

Le ministre de l'Education supérieure William Ruto, un leader du camp du NON, a déclaré au cours d'une conférence de presse à Nairobi que chaque Kenyan est vainqueur dans ce vote, bien que son camp ait perdu.

"Il est nécesaire de créer un environnement gagnant-gagnant pour le pays. Nous voulons participer au processus pour pousser le Kenya dans la future", a affirm. M. Ruto.

"Les Kenyans se sont exprimés et nous respectons la décsion. Tous les Kenyans sont vainqueurs", a-t-il déclaré, appelant à davantage de consultations et à l'unité nationale.

Les deux camps divergent sur plusieurs points dans la nouvelle Constitution, dont la terre et l'avortement.

Aux termes du projet de nouvelle Constitution, une Commission nationale des terres sera créée et chargée, entre autres, de gérer tous les terrains publics et d'enquêter sur les actuelles et précédentes injustices liées à la terre dans le pays, et les bails de ferme seront réduits de 999 à 99 ans.

Les partisans du NON pensent que la mesure fera perdre aux propriétaires leur terre, particulièrement les ressortissants étrangers, alors que le camp du OUI trouve que cette mesure contribuerait à corriger les injustices liées à la terre ainsi qu'à réduire les inégalités.

Les partisans du NON, avec à leur tête l'église, ont également critiqué la nouvelle Constitution en raison de l'inclusion de l'article effectué par le gouvernement du président américain Barack Obama, qu'ils jugent pro-avortement.

En vertu de l'actuelle Constitution en vigueur au Kenya, l'avortement est illégal dans le pays.

Par ailleurs, avec la nouvelle Constituion, le pouvoir du président de la République sera fortement réduit en faveur des dirigeants locaux.

XinhuaNet

Publié dans Afrique

Commenter cet article