Islam, Paix et Sécurité selon Tariq Ramadan

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Ouvert vendredi, au Centre international des conférences de Bamako, le Colloque international des musulmans des pays francophones (CIMEF) a poursuivi ses travaux pendant le week-end. Le thème de la journée du samedi portait sur : "Islam, paix et sécurité".
Le principal conférencier était le philosophe et islamologue bien connu dans le monde musulman et bien au-delà, Tariq Ramadan. Citoyen suisse, le professeur Tariq Ramadan vit en Grande Bretagne où il enseigne à la prestigieuse université d'Oxford. Il a à son actif plusieurs publications relatives à l'Islam tel qu'il doit se vivre dans le monde d'aujourd'hui. Son choix pour développer le thème se rapportant à l’Islam, à la paix et à la sécurité, était donc très judicieux.

Abordant ledit thème dans une salle où le voile, le turban et le bonnet islamique étaient les « must » du jour, Tariq Ramadan expliquera dans un premier temps que le mot "paix" est avant tout un des 99 Beaux Noms de Dieu (Ism-alkhusna). Ce mot sacré revêt une très grande portée spirituelle.

L’intellectuel a précisé que le musulman doit cultiver en lui une paix intérieure en sachant que les cinq piliers de l'Islam sont les conditions de sa sécurité. Par son comportement dans la vie de tous les jours, il doit donner l'exemple comme le Prophète Mohamed (PSL) l'a fait plusieurs siècles avant nous. Pour cela, le musulman doit avoir sur soi l'exigence de l'intime et le devoir du collectif. Les questions qui le troublent exigent une réponse qui, si elle arrive, constitue une source intérieure de tranquillité et donc de sécurité. Mais pour cela, il doit se dire « que les grandes libertés exigent de grandes rigueurs », a dit Tariq Ramadan, citant l’écrivain français Paul Valéry.


Cette rigueur, l’on le porte sur soi, avant tout en tant qu'homme, citoyen du monde avec des devoirs et des droits. C'est elle qui aboutit à avoir la confiance et donc la sécurité de soi. Cette confiance implique le savoir et l'expression. Pour le conférencier, il ne sert à rien de tout savoir sans pouvoir l'extérioriser, soit par le verbe, le comportement ou le silence.

En parvenant ainsi à extérioriser son savoir positif, on participe au développement d'un comportement de paix et de sécurité.
« La sécurité de l'homme commence par soi-même, puis dans sa famille sous son toit. Ensuite dans sa communauté et dans son pays », fera savoir le célèbre islamologue.

Abordant brièvement la question du Salafisme, il a expliqué que ce courant est différent d’autres « mouvements extrémistes très violent » que certaines parties du monde connaissent.

G. A. ADICKO/L’Essor (Mali)

Publié dans Mali

Commenter cet article

bendaoude 24/09/2011 19:54


ilya pas meilleur représentant pour l'ISLAM ET LES MUSULMANS QUE MA CHA ALLAH MR TARIK RAMADAN .LES AUTRES OULAMA PEUVENT SE CACHER !!!!!!!!!!!!!!!!!.