Ghana : Les dieux du football ne sont africains

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Au terme d'un scénario incroyable, le Ghana, dernière équipe africaine dans la première coupe du monde organisée sur le continent, n'a pas eu les faveurs ds dieux du ballon rond.

L'affiche inattendue au stade des quarts de finale a répondu à toutes les attentes auxquelles l'on pouvait s'attendre entre deux outsiders de gros calibre : l'Urugay qui depuis le Mondial 1970 au Mexique, n'avait plus figuré parmi les quatre demi-finalistes d'une Coupe du monde après son sacre de 1930 et 1950 et le Ghana sur lequel pesait tous les espoirs de voir une équipe africaine franchir la barrière des 1/4 de finales.

Après un départ timide, le Ghana, porté par tout un continent, s'était ressaisi et avait ouvert la marque en toute fin de première période grâce à un missile de Muntari (45e+3), titularisé à la place d'Andre Ayew, suspendu. D'un superbe coup franc (55e), Forlan lui avait répondu, inscrivant au passage son troisième but dans la compétition.

A la dernière seconde de la prolongation, c'est l'attaquant Luis Suarez qui jouait au gardien de but. Il n'a pas hésité à boxer le ballon des deux mains sur sa ligne pour empêcher une tête d'Adiyiah qui allait envoyer ce petit pays de trois millions d'habitants dans l'histoire.

La suite on la connait. Gyan Asamoah buta sur la transversale du gardien de but urugayen. Et comme cela arrive souvent lorsqu'une équipe est passée tout près de la catastrophe, la Celeste a plié l'affaire juste derrière aux tirs au but (4-2).

L'ancien international des Black Stars Abedi Pelé ne cache pas son immense déception. "C'est un moment très difficile. Nos garçons ont très bien joué tout le match. Ils ont dominé les Uruguayens. C'est un moment terrible pour tout le continent. On avait toutes les chances de gagner cette partie avec le penalty. Nous avons de jeunes joueurs. On ne s'attendait pas à arriver aussi loin. On pensait d'abord à la Coupe du monde 2014".

Il y a eu la main de Maradonna pour une coupe du monde pour l'Argentine, celle de Henry pour qualifier la France pour le mondial africain. L'histoire retiendra aussi cette main de Suarez pour exclure l'Afrique de sa première demi-finale pour sa première coupe du monde.

Décidément ce sont les Dieux du football qui n'étaient africains.

Bravo les Black Stars!

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article