Gabon : les artistes portent plainte contre le gouvernement

Publié le par Oussouf DIAGOLA

http://www.playfilm.fr/client/gfx/photos/produit/talents-du-gabon_54.jpgLe Syndicat des artistes gabonais a déposé lundi au conseil d'Etat une plainte contre le gouvernement gabonais pour non paiement des droits d'auteurs depuis plusieurs décennies, a annoncé mardi le secrétaire général du syndicat, Norbert Epandza.

"Nous avons porté plainte contre le gouvernement et non contre l'Etat", a précisé à Xinhua M. Epandza.

"Depuis 2006, l'Etat gabonais dégage des moyens pour mettre en place un bureau des droits d'auteurs et des droits voisins mais des responsables du ministère de la Culture détournent cet argent", a-t-il affirmé.

Le dépôt de cette plainte est l'expression emblématique du ras-le-bole des artistes.

50 ans après son indépendance, le Gabon peine à mettre en place un véritable bureau des droitsd'auteurs alors que tous les textes existent.

Selon une loi gabonaise datant de 1987, seule l'Agence nationale de protection des droits d'auteurs est habileté à collecter ces droits pourles redistribuer aux ayant droit.

"Cette loi empêche les artistes de s'organiser pour imposer une technique de collecte de leurs droits", a regretté M. Epandza.

A ce jour, seuls les précurseurs de la musiquegabonaise perçoivent leurs droits grace à la SACEM, un organisme français basé à Paris. La SACEM n'a plus recensé les artistes gabonais depuis les années 70.

Le manque de moyens caractérise les artistes gabonais, incapables de vivre de leurs oeuvres. Dans le pays, il n'y a pas de producteurs et de distributeurs d'oeuvres de l'esprit. Pour mettreun album sur le marché, les artistes s'autoproduisent et parfois transportent leurs produits d'un kiosque à un autre.

Cette précarité rend peu compétitive la musique gabonaise écrasée par le Coupé décalé ivoirien ou la rumba congolaise.

Publié dans Afrique

Commenter cet article