GABON: Grève de la faim pour le démantèlement des bases militaires, l’annulation de la dette et la renégociation des accords de coopération

Publié le par La Rédaction

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTL0paS2mcJXwpbYXSumLo_iT1ksadR4p9HpnOH5V56ReLQ7NbqojwMh39p

Cela fait 23 jours, depuis le 14 juillet 2011, que le gabonais Roland Désiré Aba'a, ingénieur, membre du conseil économique et social, fait une grève de la faim pour exiger notamment le démantèlement de toutes les bases militaires françaises installées au Gabon, l’annulation de la dette du Gabon vis à vis de la France et la renégociation des accords de coopération entre la France et le Gabon. Installé d'abord place de l'Indépendance à Libreville il en a été enlevé de force au bout de douze jours et a été hospitalisé. Sorti 24 heures après, il poursuit depuis le 28 juillet sa grève de la faim à son domicile à Owendo.


Cette protestation se déroule dans l'indifférence générale des médias et des politiques tant français que gabonais. Son issue peut être fatale. Roland Désiré Aba'a, en mettant en jeu sa vie, affronte seul une situation inacceptable, imposée à son pays. En dehors de tout calcul politicien il lance courageusement un défi aux forces qui réduisent l'Afrique à un statut perpétuel de vassalité.
Quelle qu'en soit l'issue, son action, dans sa dramatique simplicité, rejoint les revendications non violentes jugées d'abord utopiques mais qui firent progresser de façon décisive la liberté des peuples.

L'association Survie, qui a publié un communiqué sur la situation, « tient à rompre le silence sur cette protestation désespérée ». Pour la présidente Odile Biyidi, l’acte du gabonais Roland Désiré Aba'a « ne restera certainement isolée et fera école » espère t-elle en appelant tous les défenseurs des droits humains sur le continent « à relayer le message qui exprime une exigence fondamentale des populations africaines impuissantes. »

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article