FRANCE: Un secrétariat d'État à la Sécurité publique pour renforcer le ministère de l'Intérieur

Publié le par Oussouf DIAGOLA

3196039463_b54cffbd04.jpgDans un souci d'en revenir aux fondamentaux après l'échec des régionales, Nicolas Sarkozy envisage d'adjoindre un secrétaire d'Etat à la Sécurité publique au ministre de l'Intérieur, écrit lundi France soir.

La création de ce poste, présentée comme un geste fort et symbolique, interviendrait "dans quelques jours, dans quelques semaines ou au plus tard lors du prochain remaniement ministériel", assure le quotidien.

Dans le même esprit, Nicolas Sarkozy recevra mercredi les responsables de la police et de la gendarmerie pour leur dire sa confiance mais aussi exiger des résultats, ajoute-t-il.

Tous les gestes faits par Nicolas Sarkozy depuis la déroute de la droite aux élections régionales "n'ont qu'un objectif : rassurer, conforter et, pour commencer, déstresser le 'peuple de droite'", avance France soir.

Selon le quotidien, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, se verrait adjoindre le préfet de police de Paris Michel Gaudin, lequel serait remplacé par l'actuel directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard.

Bernard Squarcini, le directeur de la Sécurité intérieure, pourrait dans le même temps devenir à l'Elysée, le "M. Sécurité" de Nicolas Sarkozy.

La politique du chef de l'Etat en matière de sécurité est de plus en plus contestée par l'opposition de gauche mais également par le Front national, qui estiment qu'il a échoué en particulier face aux violences urbaines.

Des syndicats de police se font de leur côté l'écho d'une grogne croissante de la base face à une "politique du chiffre" axée uniquement sur la répression, alors que dans le même temps les effectifs diminuent.

Pour France soir, la création d'un "tandem" au ministère de l'Intérieur, rappelant celui formé par Charles Pasqua et Robert Pandraud en 1986-88, viserait à montrer que la sécurité reste un thème central.

Elle viserait également à montrer qu'il n'y a qu'un seul "patron" dans ce domaine, Nicolas Sarkozy lui-même, et à prendre en compte l'ampleur des tâches revenant au ministère de l'Intérieur depuis que la gendarmerie en dépend.

Fidèle de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux semble vouloir s'inspirer du style du chef de l'Etat lorsque ce dernier dirigeait l'Intérieur.

Le ministre de l'Intérieur se flatte d'avoir fait reculer la délinquance depuis qu'il a succédé à Michèle Alliot-Marie en juin dernier. Mais le Parti socialiste juge son bilan très sévèrement et les députés UMP semblent loin d'être convaincus par son action.

Le Premier ministre, François Fillon, avait tenté de jouer la carte sécurité entre les deux tours des élections régionales, sans effet apparent sur les électeurs.

Depuis, la majorité semble avant tout soucieuse de remobiliser le noyau dur de son électorat, donnant un coup d'arrêt à l'ouverture à gauche et cherchant à en revenir aux "fondamentaux."

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article