ECONOMIE : un « droit de veto » de la France sur le franc CFA

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Billets de banqueNicolas Agbohou, auteur de l'ouvrage « Le Franc CFA et l'Euro contre l'Afrique » était l’invité d’une conférence-débat organisée par la jeunesse malienne dans le cadre du cinquantenaire des indépendances africaines.

C’est devant une foule nombreuse entassée dans la petite salle du COFAR dans le 19ème arrondissement de Paris, que le conférencier  Nicolas Agbohou, auteur de l'ouvrage Le Franc CFA et l'Euro contre l'Afrique, a débuté son exposé avec plein de talents. Monsieur AGBOHOU a présenté l’organisation monétaire de la zone Franc.

Le conférencier a mis l’accent sur la présence d’administrateurs français au sein des conseils d’administrations des banques centrales qui gèrent le franc CFA (BCEAO, BEAC, etc.). Selon lui les textes qui gèrent ces institutions financières imposent un système de prise de décision qui rend indispensable la voix des administrateurs français, car même en présence d’une majorité d’africains sans au moins 1 ou 2 voix de ces administrateurs français aucune décision ne pourrait être prise.

Monsieur Agbohou a qualifié cette contrainte de « droit de veto » qui confère à la France le contrôle total sur le franc CFA. Après la présentation des institutions monétaires de la zone CFA, le conférencier a dressé l’historique de cette monnaie créée par la France aux lendemains de la seconde guerre mondiale. Il a fait une comparaison entre le système imposé aux  africains par la France pour gérer et contrôler les économies des pays de la zone franc et celui que les Nazis avaient eux-mêmes inventé pour exploiter économiquement les pays annexés comme France.

Cette comparaison troublante démontre que les inventeurs du système monétaire africain et fondateurs de la zone CFA se sont largement inspirés du modèle nazi. Monsieur AGBOHOU, images à l’appui, a présenté à l’assistance les bâtiments où le franc CFA est fabriqué en France pour rappeler que l’ancienne puissance coloniale a la mainmise totale sur la monnaie et l’économie africaine. En contrôlant notre monnaie, la France décide du choix des dirigeants politiques dans ces anciennes colonies africaines.

Ainsi tout dirigeant africain qui s’opposerait à la France ou qui mettrait les intérêts français en danger est systématiquement écarté du pouvoir ou confronté à des conflits armés financés par l’ancienne puissance.

Le public était médusé par les démonstrations du Pr AGBOHOU car beaucoup n’avaient pas imaginé cette mainmise totale de l’ancienne puissance coloniale sur ces anciennes colonies, portant soi-disant au passage, indépendantes depuis 50 ans.

La conférence a pris fin sur des débats passionnés au cours desquels les participants ont posé des questions au Pr Agbohou sur ce que pourrait être une solution afin d’acquérir une indépendance totale et le développement des pays africains. La réponse à retenir c’est la création d’une vraie monnaie africaine contrôlée par les africains et au service du développement de nos pays. Pour cela la prise de conscience des dirigeants et des peuples africains est nécessaire.

La conférence était organisée par le Conseil national de la jeunesse malienne CNJM-France présidé désormais par Monsieur Mamadou Toumani TOURE. L’initiative participe de la volonté des Maliens de France à prendre une part active dans la célébration des festivités du cinquantenaire de l’indépendance du pays.

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article