Clotilde REISS : lectrice ou espionne ?

Publié le par Oussouf DIAGOLA

La lectrice française détenue antérieurement par l'Iran et retournée en France dimanche dernier n'a jamais mené des activités d'espionnage, a démenti lundi le ministère français des Affaires étrangères.

"Nous démentons formellement et catégoriquement les allégations selon lesquelles Clotilde Reiss aurait collecté des renseignements sur l'Iran au profit du gouvernement français et a fortiori qu' elle aurait été employée par les services de renseignement", a martelé le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero lors d'un point de presse.

Ces allégations sont non seulement "totalement fantaisistes" mais aussi "irresponsables", a critiqué le porte-parole, qui a appelé "les auteurs de ces déclarations inacceptables à respecter l'un et l'autre".

Clotilde Reiss, enseignante de 24 ans à l'université d'Ispahan (centre de l'Iran), avait été arrêtée le 1er juillet 2009 à Téhéran pour espionnage. Il lui était reproché d'avoir filmé des sites classés sensibles et des scènes de manifestations suite aux contestations électorales du 12 juin 2009.

Elle avait été condamnée samedi à Téhéran à une amende de 300 millions de tomans (285.000 dollars américains), après avoir payé laquelle elle a été autorisée à quitter le territoire iranien.

Interviewé dimanche par la Chaîne Info, Pierre Siramy, l'ancien sous-directeur de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) de la France, a indiqué que Mlle. Reiss "aurait travaillé au profit de la France pour collecter des informations qui étaient de nature de politique intérieure et d'autres qui étaient sur la prolifération nucléaire".

XinhuaNews

NB: Le Titre est de la rédaction

Publié dans France

Commenter cet article