Burkina : L'Afrique échange sur le partage des pratiques des TIC

Publié le par Oussouf DIAGOLA

La 3e édition du Forum panafricain sur le partage des meilleures pratiques dans le domaine des Technologies de l'information et de la communication (TIC) s'est ouverte, jeudi à Ouagadougou, sous la présidence du président burkinabé Blaise Compaoré en présence du président togolais Faure Gnassingbé.

La question de la cybercriminalité a été au coeur de toutes les interventions. Le secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT), Hamadou Touré, le secrétaire général du NEPAD, Ibrahim Mayaki, la secrétaire d'Etat tunisien chargée de l' Informatique, Mme Lamia Cheffai Seghaier, et le président de Microsoft Afrique, Cheik Modibo Diarra ont tous insisté sur le danger que représente la cybercriminalité pour le développement des pays africains.

Face à cette menace, les intervenants ont fait des propositions de solutions allant de la tenue d'un forum international, en passant par l'harmonisation des politiques en la matière, à la mise sur pied de cadres institutionnels et juridiques appropriés, et le renforcement des capacités des personnes intervenant dans cette lutte.

Le président togolais Faure Gnassingbé a plaidé pour une cybers écurité représentant à l'échelle mondiale, un enjeu majeur tant pour les opérateurs et fournisseurs de services, que pour les utilisateurs et les pouvoirs publics.

Dans son allocution, le président Compaoré a rappelé que les pays africains conduisent des politiques dynamiques pour dé velopper l'accès et l'utilisation des TIC et plus particulièrement l'internet.

"Ils (pays africains) ont largement investi dans les infrastructures de télécommunication et ont favorisé le dé veloppement du marché dans le secteur", a dit M. Compaoré, pré cisant que l'usage des TIC, de l'internet en particulier, se vit de plus en plus au quotidien dans tous les actes de la vie sociale et professionnelle, dans les administrations, en renforcement des capacités de gestion, dans les écoles et les universités et dans les entreprises.

"Nos efforts seront vains si la confiance et la sécurité ne sont pas établies dans l'utilisation des services de la société de l'information, comme indiqué dans la déclaration de principe du sommet mondial de Genève tenu en 2003", a-t-il prévenu.

Ce forum panafricain qui prend fin vendredi, regroupe une centaine de participants venus de 50 pays d'Afrique et d'Europe parmi lesquels 37 pays africains et des représentants des institutions internationales.

XinhuaNews

Publié dans Afrique

Commenter cet article