Belgique : les tensions linguistiques provoquent des incidents en banlieue de Bruxelles

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Un drapeau belge situé près de la maison communale de Crainhem, dans la périphérie flamande de Bruxelles, a été démonté pendant la nuit de samedi à dimanche par trois personnes qui ont également rendu illisibles des panneaux en français, a rapporté l'agence Belga.

Les mentions en français ont été taguées et rendues illisibles sur de nombreux panneaux signalétiques, précise Belga qui cite un communiqué de la commune.

Crainhem est une commune dite "à facilités", c'est-à-dire qu'elle est, bien que située en Flandre néerlandophone, peuplée majoritairement de francophones qui disposent de droits linguistiques spéciaux, ce que contestent certains Flamands.

L'incident a été mis sur le compte d'extrémistes flamands par le maire de la commune Arnold d'Oreye de Lantremange, dont le gouvernement régional flamand refuse depuis des mois de reconnaître l'élection comme bourgmestre (maire), en invoquant des vices de procédure et notamment l'envoi de prospectus électoraux en français.

L'incident intervient alors que la Belgique connaît depuis quelques jours une nouvelle fièvre dans les tensions linguistiques entre Flamands et francophones, qui a provoqué la démission du gouvernement fédéral et devrait déboucher sur des élections législatives anticipées.

Reuters

Publié dans Monde

Commenter cet article