Assurances – Banques : Le président ATT très prudent

Publié le par Oussouf DIAGOLA

BCEAO BamakoLes journalistes ont attendu plus d’une heure de temps avant d’apercevoir le Chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, venu visiter les locaux de Nsia Mali (assurance non vie) et Nsia Vie Mali (Assurance vie) qui sont des filiales de la nouvelle société interafricaine d’assurance, Nsia. Ces deux sociétés ont obtenu leur agrément dans notre pays. La visite du président de la République a eu lieu, vendredi dernier, à l’Aci 2000.

On avait demandé à la presse d’attendre l’arrivée du président de la République après la cérémonie d’inauguration des sociétés Nsia Mali et Nsia Vie Mali. Il était censé accorder une interview aux journalistes. Donc, dès son arrivée, la presse l’a suivi dans les couloirs pour lui arracher quelques mots.

Certains n’ont pas eu droit d’entrée dans la pièce où se tenait ATT et qui se trouvait devant les bureaux. La sécurité du président, en bousculant certains leur a dit : ‘’ Attendez à la porte, la pièce est pleine, à son passage, vous pourrez l’interviewer. ‘’ Ce qui a été du bluff, car après avoir soigneusement évité les caméras et micros, dans la pièce, le président est passé en trombe devant les journalistes qui l’attendaient à la porte.

Ce qui n’est pas dans les habitudes du Chef de l’Etat qui adorait les bains de foule et les salutations improvisées. Même les responsables de Nsia Mali n’ont pu le conduire vers la presse. Pourquoi cette subite prudence ? La dernière stratégie a été de l’attendre, à la sortie de l’immeuble, pour assurer l’interview.

De ce fait, ATT s’est trouvé face à la caméra et aux micros de l’Ortm. Après avoir écouté les questions, ATT a fait savoir qu’il était content de cette initiative au Mali et a félicité Nsia pour avoir choisi notre pays. Il a aussitôt indiqué qu’il ne pouvait pas encore parler de ces sociétés et que le temps viendra…

Cette extrême prudence du président de la République peut, d’une part, être expliquée par le secteur des assurances et des banques qui requièrent une certaine expertise pour en parler. Pourtant ATT appréciait les improvisations.

Il convient tout simplement de se rappeler ses déclarations, à l’occasion de sa rencontre avec les maires, où il avait annoncé la date des élections municipales avant le ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales. Il faut aussi signaler l’envoi prématuré du code des personnes à la table du président de l’Assemblée nationale, sans parler de l’emprunt de l’expression Bébi ba bolo. L’expérience aidant, ATT a –t-il tiré leçon de tout cela, d’autant plus que le projet de réformes politiques alimente les débats ? Pourtant, lors d’un point de presse qu’il a accordé aux journalistes après le lancement des sociétés, Jean Kacou Diagou, président du groupe Nsia a exprimé sa joie de travailler dans notre pays, qui fait partie de la zone Uemoa et Cedeao.

Les procédures, a-t-il dit, ne leur ont pas créé de difficultés. Il a ajouté que 30% du capital appartient aux Maliens. Ils veulent, a-t-il assuré, faire travailler les jeunes, pour vulgariser leur assurance et avec les systèmes de micro finance. Jean Kacou Diagou a expliqué qu’ils vont proposer à la population des produits dont ils pourront supporter les coûts pour les aider à épargner pour leur retraite. En fait, toutes choses qui n’expliquent pas la grande prudence d’ATT qui attend d’abord de voir avant de parler.

Baba Dembélé/Le Républicain

Publié dans Mali

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article