300 oiseaux morts dans une zone d'exploitation d'or au Mali

Publié le par Oussouf DIAGOLA

Panneau Publicitaire au MaliUn nombre impressionnant d’oiseaux a été retrouvé mort autour d’un bassin de stockage d’eau à Sadiola, ces dernières semaines. Ce constat a semé une sorte de panique au niveau local. La société d’exploitation des mines d’or de Sadiola (SEMOS) dit «regretter une contamination accidentelle» d’une source d’eau pour les oiseaux dans la zone.

«La mine de SEMOS   regrette d’annoncer qu’approximativement 300 oiseaux sont morts dans la région de Kayes, suite à la contamination accidentelle d’un bassin de stockage des eaux usées traitées, qui est la source de l’eau potable pour les oiseaux dans la zone». C’est la quintessence d’une note interne de la société Anglogold Ashanti. Selon des sources, des services régionaux de l’Etat dont le gouvernorat et la direction régionale de l’assainissement, du contrôle des pollutions et des nuisances (Dracpn) se seraient rendus sur les lieux et établir un rapport qu’ils ont adressé à la direction nationale de l’assainissement, du contrôle des pollutions et des nuisances (Dnacpn).

Loin d’un mea culpa, la société Anglogold Ashanti qui s’occupe des mines de Sadiola et de Yatela se dit animée d’une volonté réelle de communication autour de ses activités d’exploitation de l’or au Mali. Aux premiers constats de l’incident, c’est la direction de la SEMOS-Sa qui l’a signalé aux autorités locales de la région de Kayes, a souligné la direction d’Anglogold Ashanti. Pour le directeur général d’Anglogold Ashanti, Mamadou Coulibaly que nous avons rencontré, la société est en train de prendre des mesures notamment par le traitement et le pompage du bassin pour éliminer la toxicité. Une équipe d’intervention pour les urgences, dépêché sur le site a, selon Anglogold Ashanti, réussi à éliminer la contamination et assainir l’eau souillée. En outre, un programme de pilotage et de surveillance est actuellement mis en place pour s’assurer qu’il n’y ait aucun risque résiduel sur l’environnement. «Nous, notre intention c’est la transparence. On ne veut cacher aucune chose. Nous voulons bien informer la population», a assuré Mamadou Coulibaly.

Le bassin, selon les enquêtes de la société, a été accidentellement souillé par ABATE 500E, un pesticide utilisé pour le traitement de larves de moustique. On nous révèle qu’un employé de la société, sans le savoir, a déversé un lot de produits chimiques périmé dans le système d’égouts des eaux domestiques usées du site minier, le 26 avril 2010.

Seydou Coulibaly/Le Républicain

Publié dans Mali

Commenter cet article